Quand la sieste est une torture

Mercredi, c est le jour des enfants, ok… Je m applique a conduire l’une a la piscine, l autre chez l orthodontiste, le suivant au judo, puis son frère mais pas a la même heure, ce serait trop simple, puis encore un a la piscine, en remplissant un caddie entre 2, en repassant quelques chemises de Monsieur histoire de l associer a cette belle journée.


J oubliais la démonstration de géométrie sur les conjectures et les « mots bleus » a réviser, le poème en Espagnol et la pile de linge a plier…

Au milieu de tout cela, il y a une fenêtre, entre 13h45 et 14h30, où je peux ne rien faire!

Donc, j en profite pour adopter la position horizontale sur le canapé, iPad en main histoire de me donner un peu de contenance. 3 minutes après, les paupieres pesant 1 tonne j annonce un siestou de 45′, avec mission de me réveiller à 14h30 pour ne pas perdre le rythme du premier paragraphe.

Pour moi, les siestes sont des moments où je comate plus que je ne dors, même si je ne suis pas attentive à l extérieur, je comate, et je cogite.

J’ai donc commencé par faire ma liste de courses, difficilement parce que les neurones au repos, et je me souviens avoir pensé à plein d articles indispensables que j oubliais au fur et à mesure que d’autres s’ajoutaient: exercice fatigant, interrompu soudainement pas un « maman » hésitant. En pleine salle de réa, j ai donc pris les 3′ nécessaires pour expliquer la différence entre un segment de droite, une 1/2 droite, une droite.
Retour dans le coma, rapide, où après la liste de courses, je me suis embrumée sur l emplacement où garer ma voiture hors gabarit dans un parking souterrain, sans racler, sans rayer, sans se coincer… Je ne me souviens pas avoir trouvé la solution, mais le « Mamannnn!! » plein d amour annonçant le retour a la maison de Coline qui ne savait pas que je dormais a stoppé mes réflexions sous anesthésie.

Voila l échange qui a suivi:

Maël: – Chhhhhhhut!!!
Coline: – Quoi ? (voix forte, un étage les sépare)
Maël: – Maman dort (voix douce, il est dans la même piece que moi)
Coline: – Hein?
Maël: – Maman dort (voix douce, il est dans la même piece que moi)
Coline: Oups, désolée

Pendant ce temps je n ai pas garé ma voiture et je re-comate directement. Mais comme si le corps avait capacité a mettre en route un système d auto-défense, je me suis endormie profondément cette fois-ci, réveillée en sursaut a 14h40 par Noé qui trouvait que je dormais bien même si la deadtime était dépassée. Départ immédiat pour le judo, dans un semi-coma!

La question que je me pose maintenant: est-il plus fatigant pour moi de faire la sieste dans ces conditions que de faire directement ma liste de courses et les exos de maths avec les enfants?

Je réessaierai la semaine prochaine, @ suivre donc!

Leave a Comment

Robot or what? *