Mère et productive…

les7pieds

Parfois, il y a des concours de circonstance amusants. Hier j’ai déjeuné avec Gaëlle, l’auteure du blog En aparté dont je suis fan, et ce matin, j’ai relayé sur la page Facebook du blog ce billet  et celui-là.

Que ce soit avec Gaëlle où dans ces 2 articles, on y parle de la productivité des femmes au travail, qui serait meilleure chez les femmes ayant des enfants, et à fortiori une famille nombreuse. Les 2 articles restent très flous sur les raisons qui expliquent cette situation, peut-être parce que les clichés sont encore trop forts.

Comment peut-on gérer une famille nombreuse, et être productif au travail? C’est plutôt antinomyque. La vision de la femme entourée de sa marmaille ne laisse pas entrevoir d’espace pour du temps libre, alors comment imaginer qu’elle puisse en plus être productive professionnellement…

Non, ce n’est pas pour rentrer plus tôt à la maison que je suis productive.

Je ne veux pas rentrer plus tôt, je dois juste rentrer à l’heure. Etre à 18h00 à la sortie de l’étude d’Elise et Jonas. J’applique la même rigueur à être à l’heure à des réunions, à arriver avant 9h00 au bureau qu’à en repartir à l’heure. Oui cela demande de la rigueur. Et parfois un grand sourire. Mais pas de fausses excuses ou de justifications.

Refuser des réunions à 17h00, tenir les horaires du matin à la maison pour ne pas me mettre en retard. Autant à la maison qu’au bureau. Parfois c’est frustrant, et j’ai l’impression de ne pas être là où je devrais être, que ce soit à la maison ou au bureau. Mais la rigueur est la même.

Non, je ne me sens pas redevable à mon entreprise de me faire confiance alors que j’ai 6 enfants, ce qui pourrait me rendre surproductive pour compenser cette culpabilité.

J’ai été recrutée sur un poste dont les objectifs ont été fixés, à moi de me donner les moyens de les atteindre. Comme je sais ce qui m’attend à la maison, c’est dans mon intérêt d’avancer pendant mes heures de bureau, sinon il faut que je travaille le soir, la nuit. Au détriment de ma vie de famille. Alors je ne connais pas tous les potins de la cafetière, je déj en 30 minutes, et souvent j’alimente mon clavier avec les miettes d’un sandwich. Pendant une période, j’étais dans un service où l’habitude voulait qu’on partage un petit déjeuner tous les vendredis matin. J’ai fait ma rebelle. Je prends mon petit-déj à la maison, et je ne compense pas les heures de petit dej au bureau par des fins de journée à 19h00. Les collègues sans enfant, ou avec nourrice avec horaires souples le peuvent (ou le veulent bien). Moi pas.

Oui j’applique la même organisation à la maison et dans ma vie professionnelle.

Oui gérer une petite PME familiale avec 6 enfants nécessite un peu d’organisation, si on veut que ça soit fluide. Plus c’est organisé, plus c’est fluide. On pourra en reparler.

C’est pareil au bureau. Je refuse beaucoup de réunions si je n’ai pas de valeur ajoutée et que la présentation que je recevrai par mail suffira à m’informer. J’organise des réunions de 45 minutes, rarement plus. Après, je décroche. C’est pareil à la maison quand je joue au Monopoly ou quand j’aide les enfants dans leurs devoirs. 45 minutes avant de craquer. Oui il m’arrive d’arriver la tête dans le sac le matin après une soirée agitée ou une nuit compliquée. Avec le sourire. Le même que celui que j’ai fait à mes enfants en allant les lever alors qu’ils m’avaient pourri ma nuit. Sans rancune, hein.

Non, je ne réponds pas aux appels téléphoniques personnels quand je suis au bureau. Sauf ceux des enfants, question de responsabilité. Ils savent que je travaille, ils n’abusent pas.

Non, je ne réponds pas aux appels téléphoniques du bureau quand je suis à la maison. Sauf ceux de mon patron, question de responsabilité. Il sait que j’ai des enfants, il n’abuse pas.

Alors oui, avoir des enfants (et pas forcément beaucoup, parce que chacun met son seuil là où il peut) rend productif à la maison. Sans enfants, on s’occupe de soi. Avec des enfants, on s’occupe d’eux, et de soi, dans le même temps que lorsqu’on n’en avait pas. Et ça rentre dans les 24 heures d’une journée.

C’est pareil avec la vie professionnelle. Avoir des enfants rend plus productif au bureau. Je ne pense pas que cela nécessite des études sociologiques particulières. Efficacité, organisation, gestion du stress, recherche de résultat, diplomatie, un peu de stratégie aussi, la liste serait longue. Ce qui est certain, c’est que cela rend vraiment efficace.

Et si jamais je voulais ralentir la cadence, j’ai quelques collègues qui sont heureux de partager quelques blagounettes ou recettes de cuisine. Et la photo des enfants sur mon bureau me rappelera vite qu’on n’est pas là pour rigoler, hein?

6 Comments

  1. Je n’ai « que’ deux enfants (3 ans et 20 mois), un restau qu’on a monté à la naissance du premier et un job d’assistante maternelle, 40h sur 4 jours.
    En effet pour tout combiner et pour que tout soit fluide il faut une bonne dose d’organisation, gérer les priorités et savoir (ou apprendre) à dire non, parce que c’est pas possible ou simplement pour se respecter et être en accord avec soi. Le sourire est un atout indispensable 😉
    Merci pour ce billet, je suis admirative et persuadée que les entreprises ont tout intérêt à faire confiance aux mères actives de familles nombreuses (ou pas si nombreuses)!

  2. ce billet me parle vraiment et il dit tout ! Merci de si bien analyser et résumer les choses. L’organisation, le sourire, la ponctualité, tout cela participe de l’équilibre et l’enthousiasme fait le reste !

  3. moi je me dis que quitte à aller travailler autant que ça soit efficace. papotage, réunion interminable, quand je commence à penser aux lessives que j’ai à faire à la maison ou aux courses pour le soir, je sors et je vais faire quelque chose de plus productif…

  4. merci pour ce billet qui m’a fait beaucoup de bien…J’ai pris hier une remarque acerbe de mon chef au moment où je quittais mon bureau à midi pile parce que je dois récupérer les enfants à l’école à 12h30. je ne suis pas partie en avance mais pile à l’heure. je ne meritais pas une remarque. le reste du temps, comme toi, je ne fais pas de pause, je dejeune un sandiwche à mon bureau, je ne connais pas la machine à café… tout ça pour partir à l’heure.
    Merci encore, ton billet arrivais à point

  5. Merci pour cette info, que je peux resservir à mes collègues… tous masculins (je bosse en informatique) !
    J’ai ressenti un grand manque de compréhension de leur part quand j’ai avoué un passage à vide, jusqu’aux 4 ans de ma troisième. La réaction classique était : « mais elle est grande, elle a 2 (puis 3, puis 4) ans ! » certes, mais il m’a fallu du temps pour me « remettre » de mes 3 enfants en 3 ans (j’ai commencé par des jumeaux).. Ma petite dernière a maintenant 6 ans et j’ai l’impression d’avoir récupéré mes neurones. Grâce aux études données en lien, je peux même arguer de ma productivité accrue ! (Les références citées indiquent en effet que ce n’est vrai qu’après les 5 premières années des enfants.)
    Bref, ce message fait du bien, grand merci !
    Amicalement
    Maman 3.0

Leave a Comment

Robot or what? *