Auto-analyse cérébrale (si si il y a un jeu de mots)

Il y a mon côté « raisonné »: la voiture est devenue trop grande, elle a encore un peu de valeur, je dois lui faire passer le contrôle technique et faire des réparations, je pourrai essayer de la vendre, et si je n’y arrive pas, je la garderai, je vais y réfléchir … On verra bien d’ici l’été.

Il y a mon côté « impulsif »: Et si je mettais une annonce avant même de la faire réparer, histoire de voir si j’ai des appels, et puis 1000 euros plus haut que sa valeur Argus, pour avoir un peu de marge de négociation.

Il y a mon côté « décidé »: Hop, 2 photos devant la maison, 1 annonce sur le Bon coin. 1 descriptif copier-coller un peu personnalisé. Publié.

Il y a mon côté « stressé »: Et si je me fais avoir par un client malhonnête, ou une banque foireuse. Et les clients vont savoir où j’habite en venant voir la voiture. Et on part dans une semaine en vacances, c’est un peu risqué. Et si le garagiste trouve d’autres défauts sur la voiture. Et le surf, on va le mettre où?

48 heures après avoir mis l’annonce, un client me verse un acompte cash. Il est pressé, la voiture n’est même pas encore réparée.

Il y a mon côté « coincé »: c’est malin, elle est vendue, elle sera payée mercredi. Mercredi soir je serai à pieds. Paris-Morgat à pieds samedi prochain, c’est osé.

Il y a mon côté « faut y aller »: je vois une annonce, je vois une voiture, je vois un client, je suis décidée.

Il y a mon côté « soulagée »: Tout s’est bien passé, L’Expert est vendu, la 5008 est garée devant la maison, une nouvelle aventure commence…

J’ai un côté « fatiguée », aussi.

Cette vidéo, c’est cadeau, je ne m’en lasse pas, comme de mes Peugeot

 

La blague du jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hier, je suis allée tranquillement à la bourre chercher les enfants à l’étude à 18h00.

Je me suis garée en faisant un créneau splendide devant l’école. C’est un élément très important quand on considère que 1) je suis une femme au volant 2) comme j’étais à la bourre (je n’ai pas dit bourrée, lisez bien), tous les parents qui attendaient n’avaient rien d’autre à faire que de me regarder faire, d’où une certaine pression quand même 3) il y avait l’espace pour garer une Twingo et j’y ai garé mon Expert Tepee Peugeot. (le lien, c’est pour Anne)

Bref, je me suis garée. 

J’ai coupé le contact.

J’ai entendu la portière arrière s’ouvrir.

Je me suis retournée.

J’ai vu 1 enfant monter dans ma voiture (un enfant que je ne connaissais pas, hein?)

J’ai vu une dame glisser sa tête par la fenêtre passager ouverte et qui me dit:

« C’est vous le bus scolaire? »

Oui, là, j’ai eu conscience que j’étais mère de famille nombreuse.