Je me suis reposée avec 4 ado-rables en vacances

En mai dernier, j’ai proposé à Basile de partir en vacances avec des copains cet été. Tous ses frères et soeurs sont en camp scout, pour lui c’est une année « entre 2 ». Quand on a une famille nombreuse, ce n’est pas toujours facile d’emmener les copains des enfants en vacances. Donc on en profite cette année.

A 17 ans, je trouve qu’on est trop jeune pour partir seul avec les copains. Et en même temps, c’est ça qu’on a envie de faire!

Donc je me suis dit que j’allais vous faire partager quelques clés de réussite pour des vacances réussies avec des ados.

Le contrat de départ:

Faire comme s’ils étaient en vacances sans moi, mais je suis là quand même. Ce n’est pas moi qui emmène les ados en vacances. Ils partent en vacances entre eux, et je suis la caution pour que ça se passe au mieux. Je pense que ça rassure aussi les parents des copains, qui ne les auraient pas laissés partir seuls non plus.

Basile a choisi de partir avec ses 3 meilleurs potes. Ils se connaissent depuis la maternelle ou la primaire, mais n’ont jamais eu l’opportunité de partir en vacances ensemble. Ils sont 4, c’est un bon nombre, 4. Tout le monde tient dans la voiture!

Le lieu:

On a choisi de venir dans notre maison de famille en Bretagne, parce que Basile aime ce lieu (et moi aussi). C’est une vraie chance, ça évite de prendre une location. Mais c’est bien qu’il y ait un adulte pour mettre en route la maison.

L’intendance:

Faire comme si je n’étais pas là, ça veut dire qu’ils organisent leurs repas et font la cuisine.  Ils ont fait des menus le premier jour, la liste de courses qui va avec et ils ont choisi de faire un gros plein qui tiendra la semaine, on ne va pas perdre du temps à aller faire des courses tous les jours. J’ai cuisiné une courgette farcie un soir, c’est la caution légumes. Mais c’était varié, et … nourrissant.

« Mam’s, tu préviens si tu ne dines pas là, ok? » J’ai l’impression de m’entendre.

Budget:

Basile a fait un budget avant de partir: transport, participation aux charges de la maison, et alimentation. 100 euros par personne transport compris pour une semaine. Du coup, ils font les comptes à J3 pour voir s’ils sont dans le budget. En alimentation: 5€ par jour et par personne.

Activités:

Ici, on fait du surf et du Morey Boogie dans les vagues, de la marche à pieds (c’est pas très ado comme activité). Une journée Kayak bien physique. Une sortie crêperie, c’est l’extra de la semaine. 

L’alcool:

J’ai accepté de cautionner l’achat d’un pack de bières, ça évite qu’ils dépensent des fortunes dans les bars. Et puis boire une ou 2 bières le soir sur la plage, c’est quand même du bonheur.

Les sorties du soir:

Oui j’autorise les sorties, je ne sais pas très bien à quelle heure ils rentrent… Je dors. Ils refont le monde ensemble, ils ne sont pas du genre à inventer des trucs dangereux, et dans notre coin de presqu’île, les risques de mauvaises rencontres sont… faibles. Ils sont en groupe, plutôt grands et baraqués.

Et en plus:

  • Les amis de Basile sont à son image, faciles à vivre, pleins d’humour, avec un appétit féroce.
  • Les journées des ado-rables ne commencent pas avant 11h00, j’ai donc du temps pour moi, des petits-dej au calme.
  • Ils ont de bons réflexes: passer un coup d’éponge sur la table, débarrasser leur petit-dej, ramasser des fringues qui traînent. Ils ont su profiter de l’éducation qu’ils ont reçue, je le leur ai dit.
  • Ils sont heureux et reconnaissants et ils le disent, ça fait plaisir à chaque fois.
  • Rentrer de la plage, aller se doucher, aller boire un apéro puis se mettre les pieds sous la table, c’est inestimable parce que rarissime.
  • Ils sont autonomes, et plutôt responsables.
  • Je reste fan des ados. C’est une période incroyable à observer, à partager, à accompagner.

 

 

Une rentrée multicolore

20160901_191153

Jaune, comme le soleil qui a encore brillé toute la semaine dernière, et dont j’avais bien besoin pour trouver la gnak pour me lever le matin.

Orange, comme la couleur de cahiers que je n’ai pas trouvée. Orange, donc… Finalement c’est aussi bien.

Transparent, comme le film plastique avec lequel j’ai recouvert… beaucoup de livres. Une holà pour les enfants qui sont revenus avec des livres déjà couverts, la chance d’être en tête de l’ordre alphabétique de la classe. Ceux auxquels je n’ai pas pu échapper ce sont tous les nouveaux livres liés à la Réforme des Collèges. Et pourquoi donc le livre de maths est-il édité en format paysage? C’est bien un truc pour éditeur voulant se faire remarquer…

Bleue, comme la lessive qui a déteint au milieu de toutes les lessives de vacances qu’il a bien fallu écluser au retour simultanément avec la rentrée, la reprise du boulot, l’achat des dernières fournitures etc. J’ai essayé sans succès réel un Decolor’Stop. Bon, pas de vrais dégâts mais ça donne un genre certain à certaines fringues.

Rouge, pour rester dans la série, comme la robe que j’ai lavée jeudi pour la mettre à un mariage samedi… et qui a rétréci. Je suis verte. Mais heureusement j’en avais une rose qui allait bien aussi.

Gris, comme le ciel ce matin quand il a fallu reprendre mon vélo sous un crachin que je n’ose appeler breton puisque j’ai eu 3 semaines de super beau temps en Bretagne cet été.

Marron, comme les plantes de mon jardin qui ont grillé cet été. C’est toujours triste, mais ce qui me console c’est que la menthe a résisté, pour assurer les mojitos du printemps prochain.

Beigeasse, comme ma tête lundi matin dernier en allumant mon ordinateur et en découvrant tous ces mails à traiter de personnes rentrées de vacances une semaine avant moi et pris d’une énergie folle à vouloir me faire payer le prix fort de nos longggguuueess vacances.

Dorée, comme la peau des enfants au retour d’un bel été.

Blanc, comme ces fiches de renseignements à remplir. Au collège et au lycée il y en a heureusement beaucoup moins qu’en primaire… J’ai proposé à Basile de remplir les siennes et j’ai aimé qu’il propose de mettre 17 comme numéro de la Police… d’assurance. Blanc aussi comme le yaourt du premier repas d’Elise au Collège, « tellement meilleur qu’à la cantine du CM2, Mam’s »

C’était un bel arc-en ciel de couleurs que nous avons vécu la semaine dernière, plutôt tonique et énergique. J’ai réalisé qu’avec la rentrée en 6ème d’Elise, je prenais ma retraite des rentrées scolaires nécessitant ma présence. 59 rentrées et sûrement autant de quiches et de réunions de parents.

La maison est pleine maintenant de pré-ados, d’ados, et de post-ados. Il paraît que ce sont des années difficiles, sûrement plus pour eux que pour moi. Il y aura du brevet, du concours, des amis, du bac, de la compétition, des challenges, des amours, des contrôles, des DS, des interros. Il y aura surtout beaucoup de vie dans la maison, des tonnes de choses à observer, à commenter, à écrire, et à partager. 

L’année sera colorée!

Et chez vous, ça se présente comment?

Il me reste 3 jours

20160713_203240

Il reste 3 jours avant que le mois d’Août m’accueille en vacances. Pour presque un mois. ça ne m’est pas arrivé depuis 3 ans de prendre presque 4 semaines de vacances. Et ça n’était pas vraiment prévu comme ça il y a moins d’un mois. Il a fallu adapter les projets, négocier des congés, expliquer à mon boss, et prendre de l’avance en juillet…

Il me reste 3 jours avant que les enfants posent leurs valises ici. Pas longtemps, nous repartirons vite. Pour presque 4 semaines.

Je retiens de Juillet ses premiers jours loin de Paris qui ont permis de remettre sur pied la loque que j’étais. Un plein de sommeil et de calme, de nature et de laissez-vivre. Dans le seul but de se faire du bien.

5 jours à Londres avec Basile et Coline. Une grande première ce voyage avec seulement 2 enfants. Suffisamment grands pour en profiter, pour apprécier, pour admirer, pour marcher, marcher, marcher. Nous nous sommes faits des souvenirs tous les 3, de ceux qui resteront longtemps et qui donnent envie de vivre des moments semblables avec chacun de mes 4 autres enfants. Cela valait le coup d’attendre que ce soit possible. Profiter de la complicité qui les (nous) lie, leur humour décapant, leur curiosité, leur tolérance à mon sens de l’orientation qui parfois s’est révélé être une science inexacte.

Et puis du temps. Pour se promener, pour lire, pour faire un giga puzzle, pour dîner dans les jardins ici ou ailleurs en bonne compagnie. Le tout rythmé par des contacts réguliers avec les enfants, des départs en vacances, des RER en rade, et pas mal de boulot. La rentrée sera compliquée. 

Il me reste 3 jours pour faire tout ce que je n’ai pas fait: des rangements, des peintures, du jardinage, du tri, de l’archivage, de la paperasse, des petits travaux de plomberie.

Mais avant ça, j’ai un puzzle à finir, et des vacances à rêver.

Chassé-croisé d’été et d’idées

Photos @maelolo

Photos @maelolo

L’été s’est installé.

Il y a un an à peine, nous emménagions dans une nouvelle maison. Non pas pour une nouvelle vie, elle avait changé radicalement 18 mois auparavant, mais pour y construire la vie qui serait la nôtre, à tous les 7 + 1 (oui, j’aime bien compter la lapine).

Je ne raconterai pas ici les aléas parfois compliqués de cette vie. Ceux qui savent…. savent. Ici je laisse les plus beaux souvenirs, le reste est bien trop intime et parfois bien trop moche pour que je le laisse passer à travers mes doigts sur le clavier.

IMG_9547

L’été s’est installé à nouveau, avec la perspective de jolis moments à vivre avec les ados. Les grands ne le sont plus vraiment, les plus jeunes ne le sont pas encore totalement, mais l’un dans l’autre, chacun en a encore ou déjà quelques réflexes bien ancrés. Il doit y avoir un effet de dynamique de groupe dans cette fratrie. Un peu comme 6 tee-shirts qu’on mettrait dans la machine et qui sortiraient en ayant chacun pris de la couleur des autres, tout en gardant sa couleur d’origine. La métaphore n’est pas forcément heureuse, mais vue le terril de linge qui m’attend devant la machine, elle est d’actualité.

Le chassé-croisé des vacances s’organise. Ceux qui partent par sauts de puce avant de partir plus longtemps, ceux qui partent pour tout le mois et reviendront pour mieux repartir après. Ceux qui passeront toutes leurs vacances ensemble, où qu’ils aillent, où qu’ils soient. Les uns avec les autres, ou sans, mais jamais trop longtemps. Avec le lave-linge comme point de retrouvailles fusionnel (si, si, j’ai de la suite dans les idées, parfois). Nous ne partirons pas tous ensemble cet été, mais je partirai avec tous, c’est magique.

Je n’ai plus la nostalgie et la tristesse des départs d’il y a quelques années. Ma vie est bien remplie et même si je préfère les retrouvailles aux séparations, ces dernières sont aussi l’occasion pour moi de me retrouver. Seule, ou avec l’un ou l’autre.

L’occasion de partir  moi aussi. Je suis partie quelques jours. Sans avoir ni à penser, ni à réfléchir à ce qu’allait être l’heure suivante, le jour suivant. Ne rien avoir à organiser, à anticiper. Dormir, beaucoup. C’était la première fois depuis… pfff, je ne me souviens plus. Je pense avoir retrouvé une belle énergie en seulement quelques jours, celle qui donne envie de faire des projets, de se concentrer au boulot, d’écrire sur ce blog ou sur mes carnets. De l’énergie positive. Cette énergie qui manque quand on est très, trop fatigué.

IMG_9575

L’énergie qui permet de continuer à voir le plus possible le verre à moitié plein. L’an prochain Maël poursuivra l’école qui lui permet de découvrir chaque jour de nouveaux talents, Coline attaquera une première année de médecine (bravo encore ma poulette pour  cette belle réussite au bac!), Basile change de lycée pour y faire une section qui lui ira bien,  Noé, Elise et Jonas seront tous les 3 collégiens. J’ai fait mes dernières quiches de kermesse d’école, et c’est sans regret que je laisse ma place aux mains expertes de mamans plus jeunes et dévouées, avec un seul regret: celui de n’avoir jamais rien gagné aux tombolas des 17 années de kermesse auxquelles j’ai participé, même pas un jambon ou une plante verte.

Alors mes billets sur ce blog s’adapteront à cette vie entourée d’ado-rables. Parce que chaque jour je crois davantage à la bienveillance éducative de cette tranche d’âge si particulière. Parce que je continuerai à m’insurger contre ces discours qui vont dans le sens de cantonner les adolescents dans des schémas négatifs et enfermants.

IMG_9581

Pour l’instant j’ai encore quelques épisodes de la dernière saison d’Orange Is The New Black à regarder avant que les enfants ne me spoilent, et puis, si je m’ennuie, il faudra que je commence Game of Thrones dont j’ai vu un épisode il y a quelques jours et qui m’a donné bien envie de découvrir les 50 précédents au moins. J’attendrai peut-être les soirées d’hiver, parce qu’enfin, depuis quelques jours il y a de la lumière!

Epargner pour les enfants, c’est cadeau!

capitalKoala

On est tous les mêmes… On ouvre des comptes pour les enfants, on essaie de mettre des sous dessus pour leur avenir, pour leur permis de conduire, pour leurs études supérieures. On voudrait bien qu’ils aient un petit pécule. Dans certaines familles, les parrains, marraines et grands-parents y contribuent à l’occasion des anniversaires et de Noël.

Autant vous dire que j’ai un peu de mal à alimenter seule les comptes de 6 enfants, et je sens qu’il faudra qu’ils bossent un été ou 2 pour se payer leur permis! Aucune culpabilité de ce côté-là, on n’en est pas plus malheureux!

Mais bon quand même il y a des solutions. Et comme je fais 70% de mes achats sur Internet, je me suis dit que j’allais vous parler de Capital Koala.

Le principe est vraiment simple: un site, qui est un portail vers 1700 partenaires, dans tous les domaines d’achats sur Internet.

Je me suis inscrite, et dans mon profil, j’ai renseigné les noms de mes enfants, et les coordonnées de leurs comptes en banque. Ce n’était pas obligatoire pour m’inscrire, mais ce qui est fait n’est plus à faire. J’ai installé un petit bouton à partir de Capital Koala, et à chaque fois que j’active le bouton en faisant mes achats sur Internet, je bénéficie d’un cash-back sur mes achats. Un cash-back, c’est environ 5% du montant de mes achats qui me sont crédités sur mon compte. Et ce crédit est dispatché sur les comptes de mes enfants. Tellement facile qu’il suffisait d’y penser.

Prenons l’exemple des vacances. Entre des billets d’avion, des locations de maisons ou d’appartements, ou une semaine dans un village club de vacances, une location de voiture, une chambre d’hôtel, c’est dingue le nombre de partenaires qui peuvent vous faire gagner de l’argent à épargner pour vos enfants. Si je vous cite Easyjet (1,5%), Homelidays (12%), Pierre et Vacances (2%), Hertz, Center Parcs (3%).

Il suffit d’avoir le réflexe mais avec le bouton Koala.

Et après les vacances, il y aura la rentrée et ses achats obligatoires, puis les courses de Noël, et puis les anniversaires, et puis les soldes, et puis encore des anniversaires, et des vacances, et de nouveau des soldes. La Redoute (jusqu’à 9%), Fnac (jusqu’à 4%)

Ils vont finir par l’avoir ce permis de conduire!

Je vous propose de tenter une visite, et une inscription sur Capital Koala.

En vous inscrivant, vous pouvez saisir le code MAISON et vous recevrez immédiatement 10€ de bonus sur votre compte. Cette offre est valable jusqu’au 12 juin.

Après il suffit d’avoir le réflexe, et c’est facile, promis. Parrainez vos amis (votre père votre mère, vos frères et vos soeurs, ohoh, ), et vous obtiendrez de nouveaux bonus.

 

No stress…

173502861044642526-small-jpg

Basile avait un train à prendre pour partir skier.

Des mois qu’on organisait ces vacances, en se demandant jusqu’au dernier jour s’il allait pouvoir partir. Le vendredi soir il a fait son sac. Ne rien oublier. Ni le stick à lèvres, ni les gants, ni son chargeur.

Ni son passeport et son billet de train. Surtout.

Le train était à 8h et des brouettes. On s’est mis d’accord pour partir à 7h et des brouettes. A Paris, ça roule bien le samedi matin. 

A 7h00, je suis allée le réveiller, pour être sûre. J’étais aussi excitée que lui de ces vacances à venir. J’ai allumé sa lumière, chatouillé le pied qui dépassait de la couette, vérifié qu’il ouvrait bien les 2 yeux. J’ai même chanté du Jean Ferrat. C’est imparable pour se réveiller.

A 7 heures et presque des brouettes, j’étais prête. Je lui ai préparé 3 tartines.

A 7 heures et des brouettes, je suis descendue pour voir si tout allait bien. Il s’était rendormi. Il ne se souvenait pas que je lui avais chanté Jean Ferrat.

Il n’a pas eu le temps de manger ses 3 tartines. J’ai proposé qu’il attache ses lacets dans la voiture. Laquelle voiture avait le pare-brise gelé. J’ai rêvé d’avoir un pare-brise de 107 au lieu de mon pare-brise d’Expert Tepee. J’ai gratté avec ma carte Familles Nombreuses SNCF. Pour conjurer le sort.

Je lui ai demandé de vérifier l’horaire de son train. 8h11. 8h et des toutes petites brouettes. 36 minutes pour rejoindre puis traverser tout Paris. 

On est laaaaaaarrrggggeeee m’a t’il dit. La phrase typique de celui qui n’a jamais vécu un bouchon parisien. J’ai imaginé le mettre dans le RER direct, mais c’était déjà trop court.

Je lui ai dit que quand on roulait à 50 km/h, les feux s’enchaînaient au vert, en roulant à vitesse constante. C’est faux.

Il m’a fait remarquer que la voiture qui respectait les 70 km/h sous le tunnel de la Défense nous ralentissait un peu. J’ai voulu lui parler du 7h et des brouettes qui permettaient d’anticiper ça, mais j’ai gardé le silence, et mon calme apparent.

Il a adoré la traversée de Paris à la fraîche. La Porte Maillot déserte, les pavés de l’avenue de la Grande-Armée (« Coucou ton bureau, Mam’s!), la place de l’Etoile sans ralentir. 

Tous les feux verts sur les champs Elysées. On n’a même pas pu voir la nouvelle vitrine de l’Espace Peugeot Avenue. Tropppp dooommmmage.

7h45 La roue de la place de la Concorde ne tourne pas encore. Tunnel du Châtelet. C’est beau le Palais de Justice, et les tours de Notre-Dame. Sur les quais, c’est 50 km/h. Je respecte.

Devant la gare de Lyon, il y a une place. Une grande place pour ma grande voiture. Un jour de grands départs aux Sports d’hiver. Je dois me rappeler qu’un billet d’Euromillions peut rapporter gros si on a de la chance. Et j’ai de la chance.

Tiens la Fnac est ouverte dans la gare. L’occase de choisir un petit roman? Tu rêves, mon fils.

A 7h57 il est assis à sa place. Dans le sens de la marche. On s’embrasse, on se souhaite de bonnes vacances. On se quitte.

J’inspire fort pour me remplir les poumons après l’apnée dans laquelle j’étais plongée depuis 30 minutes.

Il ressort du wagon, sourit, m’embrasse et me glisse à l’oreille: « Tu vois, j’aurais pu dormir 10 minutes de plus »

On prend la même et on recommence

IMG_20130805_103741L’année dernière je me sentais comme ça…

Et cette année, je ne me sens pas mieux…

Je lis les statuts des unes et des autres qui ont trop hâte que la rentrée arrive, qui trouvent que les vacances sont trop longues et que sur la fin, ça devient compliqué, qui n’en peuvent plus d’être à la maison à devoir occuper des enfants qui rêvent de retourner à l’école…

IMG_20130810_111252

Je pense que l’âge des enfants y fait beaucoup… ou l’âge de la mère. Mais là, vraiment, si vous me demandez ce que je voudrais faire si c’était possible: je mettrais bien ma tête dans le sable, ou je partirais marcher dans les Alpes, ou voir la vue à Goulien.

IMG_20130821_173258

A la place, je viens de me colter la distribution des fournitures scolaires, j’ai découvert que la nouvelle mode ce sont les compas avec crayon et plus les compas avec mine… j’ai aussi découvert que dans la trousse de Jonas, il ne restait que l’éponge de son ardoise.

je suis donc à prendre avec des pincettes…. si vous avez quelques bonnes blagues, ça pourrait peut-être marcher…