20 ans

mael-copieCe matin j’entends ta voix grave, ta voix d’homme.

Je te prends dans mes bras, mais j’ai plutôt l’impression que c’est toi qui me prends dans les tiens. Ils sont grands, tes bras.

Tu piques un peu, mais je retrouve ton odeur unique, celle qui fait de toi celui que je reconnaîtrais parmi beaucoup d’autres, et notamment parmi celles de chacun de tes frères et soeurs.

Tu es drôle. La blague pour désamorcer les tensions, c’est toi qui la trouves. Parce que le conflit ce n’est pas ton truc, alors quand tu sens que ça se crispe tu décrispes, tu provoques, ou tu sors une bonne blague, parfois bien lourdingue. Mais qui fait rire, et qui soulage.

Tu es là. Là pour tes frères et soeurs et moi, là pour tes copains, là pour tes amis. Tu es le grand frère d’une fratrie solide qui peut s’appuyer sur toi. Et tu sais t’appuyer sur eux.

Tu es un tendre, un vrai sensible. Tu es celui qui sais toujours glisser le petit mot, la petite phrase, le petit encouragement, la petite douceur qui apaise, qui donne du pep’s. Celle qui m’émeut, ou me rassure, m’encourage ou me fait sourire.

Tu es mon bonheur capillaire. Un bonheur qui depuis quelques années s’est installé dans cette maison. Blond on brun, court ou long, parfois ras. Ciseaux ou tondeuse, coiffeur ou home-made, réfléchi ou spontané. Tu assumes et ça te va bien. C’est toi.

Tu as envie. Envie de bosser, envie de venir, envie de photographier, envie de manger, envie d’aimer, envie de dormir, envie d’écouter, envie d’aller, envie de sortir, envie de courir, envie de rire, envie de voir, envie de regarder. Et ça donne juste envie d’avoir envie avec toi.

Tu as 20 ans.

Tu as envie, 

Tu es en vie.

Et c’est magnifique, chaque jour.

Il a été le premier

maelswagg

Il a été le premier à bouger dans mon ventre

Il a été le premier à croiser mon regard

Il a été le premier à me faire découvrir la blancheur consécutives des nuits

Il a été le premier à faire de la salle d’attente du médecin l’annexe de mon salon

Il a été le premier à faire le papillon pour mettre son manteau

Il a été le premier à enlever les petites roues de son vélo

Il a été le premier à écrire son prénom en lettres bâton

Il a été le premier à inventer des mondes Playmobil et Lego

Il a été le premier à se lover contre moi pour l’histoire du soir

Il a été le premier à apprendre ses tables de multiplication

Il a été le premier à écrire une rédaction

Il a été le premier à s’émerveiller devant le sapin de Noël

Il a été le premier à aller à l’école tout seul

Il a été le premier à accueillir l’arrivée d’un bébé à la maison

Il a été le premier à franchir l’entrée de la primaire, puis du Collège, puis du Lycée

Il a été le premier à partir en vacances sans moi

Il a été le premier à m’écrire des lettres

Il a été le premier à entrer dans l’adolescence

Il est le premier à atteindre la majorité.

Demain il ne sera plus tout à fait le même qu’aujourd’hui sans pour autant vraiment être différent d’hier.

Il restera toujours le premier.

Je lui souhaite d’être celui qu’il a envie de devenir, et pas celui que d’autres voudraient qu’il soit. Juste lui-même.

Bon anniversaire Maël!

16 ans

J’aurais pu aujourd’hui écrire un joli billet tire-larmes un peu comme une nécrologie qui nous rappelerait tous ces grands moments des années passées. Tes réussites, tes difficultés, tes blagounettes, tes rires, tes expériences plus ou moins réussies, plus ou moins drôles.

J’aurais pu mettre en ligne une galerie photos de ces 16 dernières années. Pour partager ce regard unique, ce sourire communicatif, de tes années de petit garçon à ces dernières semaines.

J’aurais pu chercher tous les adjectifs qui te correspondent le mieux et écrire un poème sur toi en alexandrins. Parce que l’inspiration serait venue. C’est certain.

J’aurais peut être même réussi a t’écrire une chanson. Mais tu aurais dit Ohhh non.

J’aurais pu mettre en ligne tes réalisations photo et vidéos, et les BD que tu dessinais Parce que tu as de vrais talents et qu’ils sont une vraie richesse.

J’aurais pu interviewer la famille et les amis pour qu’ils me parlent de toi. Je garde ça pour ton mariage. Chiche.

Merci a toi pour ces 16 dernières années remplies de tout ça. Elles m’ont procuré de vraies joies! Les suivantes seront magnifiques. Je ressigne tout de suite. Les yeux fermés (efin pas tout à fait).


Bon anniversaire Maël

Tout acte a des conséquences…

Maël – 8alamaison


Maël

C’est notre aîné, il est le seul qui soit resté fils unique. 16 mois. Pas de quoi se forger des souvenirs bien marquants, mais on le lui rappelle de temps en temps. Les suivants n’ont jamais été enfants uniques, eux.

Il est le seul qui ait les yeux bleus. Vue la couleur des nôtres, il a du bol, beaucoup de bol. Et on le lui rappelle de temps en temps. Les suivants n’ont pas les yeux bleus, eux.

Mais surtout, il est le seul qui ne mange du raisin que si, et seulement si, les grains ont été épépinés. Oui, épépinés, tous.

Rhôôôôô la chochotteeeeee.

Lire la suite