Un brin de bonheur #10dumois

C’est parce que je participe au projet #10dumois que ce billet est là, aujourd’hui. Parce qu’on est le 10 du mois et que j’aime l’exercice imposé… auquel je peux déroger (merci Avril)

Je ne suis pas du genre à voir systématiquement le verre à moitié vide, je suis plutôt du genre inverse, parfois à l’extrême: relativiser, rationaliser, tourner en dérision, trouver la dose d’humour nécessaire pour avaler la pilule plus facilement, me dire qu’il y a toujours pire ailleurs, que « demain est un autre jour », que « la nuit porte conseil », « qui dort dîne » et « comme on fait son lit on se couche ».

La totale pour que la charge soit un peu moins lourde à porter, le poids des responsabilités un peu moins pesant sur mes cervicales et mes lombaires.

Ah oui, ma préférée, c’est qu’ « il en faut peu pour être heureux ».

Alors le soir, quand je me couche (oui c’est le meilleur moment de la journée, tous les jours) je ne m’endors pas sans avoir réfléchi non pas au brin de bonheur de la journée, mais aux 3 brins de bonheur. Ces trois trucs qui forcément sont arrivés dans la journée et qui ont rendu la journée plus belle, plus douce, plus heureuse, plus riche, plus drôle, plus soft.

C’est un exercice plus facile certains jours que d’autres… Mais à force de le faire, ce n’est pas un brin, 2 brins, 3 brins mais un bouquet que je m’offre.

Chaque jour.

Et il faut bien un verre à moitié plein pour poser ce bouquet quotidien.

Bonne et heureuse année #10dumois

La semaine dernière, j’ai cliqué.

Je me suis dit que c’était une bonne idée de participer au projet #10dumois d’Egalimère. Un peu comme une résolution de début d’année.

Un billet par mois sur un sujet imposé et partagé, qui paraîtra le 10 du mois, sur plusieurs blogs à la fois. Une sorte de RV qu’on se donnera. 

Une résolution, la seule pour 2017. Les autres sont inavouables, soit parce que je ne les tiens déjà pas, soit parce qu’elles sont juste… inavouables, des défis persos très persos. Des ambitions un peu démesurées qui feraient pousser des ohhh et des ahhhh. Donc je les garde pour moi.

Alors, un peu égoïstement, j’ai envie de souhaiter une bonne et heureuse année à ce blog. C’est un peu un refuge, une mémoire, un journal pas intime du tout mais un peu quand même, un salon de thé ou une salle d’attente, un memorial ou une scène de cabaret. J’ai 50 sujets de billets en brouillon, et je manque cruellement de temps pour aller au bout des choses. 6 Kids, aussi merveilleux et ado-rables qu’ils soient et un job vraiment sympa, le tout à plein temps. C’est riche et ça mériterait d’être davantage partagé. 

Rendez-vous donc tous les #10dumois, et plus si affinités!

Bonne et heureuse année à chacun d’entre vous, qui passez, qui lisez, qui commentez, qui restez. J’aime les échanges que j’ai avec vous par mail, j’aime vous rencontrer, j’aime vous lire. On va continuer!

Et la santé, hein?