Rentrée décalée

Aujourd’hui, c’est la rentrée!

Si je fais ce billet maintenant c’est que je n’ai pas trouvé le temps de le faire en septembre. Et pourtant, on a fait une rentrée, comme tout le monde! Une rentrée plutôt bouleversante. Pour moi, mais je pense pour chacun d’entre nous. La dernière semaine d’Août, nous l’avions passée tous ensemble, en finissant par une magnifique fête de mariage dans la lumière du Vercors.

Et puis le lendemain, paf, la claque. Nous nous sommes retrouvés à 3 à table le premier soir. Ce qui n’était pas arrivé depuis… 20 ans?

Ambiance on dîne ensemble, et puis chacun des jum’s fait sa vie, dans sa chambre ou sur l’ordi. Grand silence et vrai calme. Le frigo est trop plein, le nombre de pommes ne descend pas assez vite dans le panier de fruits, il y a moins de chaussures qui trainent, et quand je cuisine pour 3, il y en a pour 6.

On savait, je savais. Je dégouline de fierté pour le parcours de chacun des enfants qui avancent, qui bossent, qui réussissent. Et pour eux, c’est top! nouvelle ville, nouveau logement, nouvelle prépa, nouveau stage, tout vaut la peine d’être vécu pleinement!

Et pour nous qui restons à la maison, dans notre routine qui était bien établie et dans laquelle chacun avait sa place, c’est un peu le vide intersidéral. Il nous a fallu plusieurs semaines pour nous adapter, heureux pour eux, mais déboussolés pour nous-mêmes.

Oui, tout est bouleversé, et c’est bien comme ça: la maison se remplit le week-end et les machines tournent à plein, un peu de batch cooking pour charger les sacs des étudiants qui repartent le dimanche soir. J’ai hâte d’organiser le temps privilégié que je peux passer avec les jum’s seuls, eux qui finalement n’ont jamais été seuls à la maison. Et y’a pas à dire, la logistique à 3 est vraiment plus simple, l’improvisation devrait pouvoir prendre plus de place.

J’ai profité de ce bouleversement pour me déplacer davantage pour mon job. Un an que j’ai fait le grand saut en profitant d’un alignement de planètes favorable, et il ne se passe pas un jour sans que je me dise que c’était le bon choix, pour moi, au moment où je l’ai fait. C’est prenant et prégnant. Les sujets qui m’occupent ne me lâchent pas une fois mon ordinateur fermé et travailler avec des bénévoles nécessite parfois une certaine souplesse horaire. Typiquement le type de job que je n’aurais pas pu faire quand les enfants étaient petits. Mais aujourd’hui, c’est top.

J’expérimente des temps de famille différents. je reviens de quelques jours en trio avec Basile et Noé en Bretagne: Unique dans l’histoire de la famille. Jamais nous n’avions été dans cette configuration et je me suis gavée de ces moments.

Alors je vais continuer à me laisser surprendre par cette nouvelle organisation familiale, profiter de ces moments ensemble à 3, à 4, à 5, à 6, à 7, à 8, à 9 ou à 10 comme dimanche matin pour le brunch qui devient une habitude.

Et à 2 aussi, dès que c’est possible!

9 Comments

  1. C’est doux de te lire ! J’imagine le bouleversement, mais la vie est faite de ça, et c’est tellement de fierté pour les kids ! Profite de chaque instant, je t’embrasse.

  2. C’est super sympas de te lire de nouveau 👍🏻👍🏻 et tu as eu des sacrés changements de vie ! Que font les enfants en études/travails ? 😊
    Bisous 😘
    Audrey

  3. J aime te lire, et imaginer ma vie plus tard… Mes enfants sont petits encore, et moins nombreux. Te lire me fait souvent l effet de discuter avec une cousine. Un peu plus loin sur le chemin de la vie, pragmatique, apaisante. Merci à toi, car on manque beaucoup de ce genre de discours !

Leave a Comment

Robot or what? *