Nourrir pour soutenir

Chaque année depuis plusieurs années ça revient en juin, et cette année, je n’y coupe pas. Les enfants passent des examens de fin d’année ou pire, des concours.

En réalité je dis que c’est pire parce que la réussite n’est pas uniquement liée à la dose de travail fournie. Mais pour celui ou celle qui planche, que ce soit un examen ou un concours, l’enjeu reste le même : Réussir au mieux.

Il y a 2 ans j’avais décrit le Marathon de Printemps. L’an dernier c’était une année « calme ».

Et j’avais aussi écrit ce billet, à la fin du marathon <3

2020 est un joli cru avec un diplôme de fin d’études, les concours écoles d’ingénieur, un bac et un brevet. Et 2 passages dans les années supérieures.

Pour le bac et le brevet, même si tout le mérite revient aux kids, le Covid a réglé la question.

Mais quelle question ?

La question qui me prend la tête et l’estomac à chaque période d’exams et de concours : Comment faire pour que ça se passe le mieux possible pour eux ? Les encourager à travailler, les aider à réviser, observer les signes de fatigue et de stress, les serrer dans mes bras un peu plus souvent, m’assurer que leur hygiène de vie est correcte, oui. Même si c’est plutôt rare qu’ils me demandent de l’aide et en même temps il vaut mieux parce qu’en maths je lâche en seconde, en physique aussi. Il n’y a qu’en anglais que je peux aider jusqu’au bout.

Mais aucun ne fait des études d’anglais.

Quand il sont petits et qu’ils rencontrent des difficultés, ou qu’il y a un truc important à réaliser, c’est assez naturellement qu’on le fait ensemble: préparer un exposé, présenter sa candidature pour être délégué de classe, apprendre un texte de théâtre.

Mais là, rien à voir, l’enjeu est 1000 fois plus important pour eux. Et impossible de faire ensemble.

Cette année, pour cause de Covid, les concours des écoles d’ingénieur ont été reportés à … maintenant. Basile, après 2 ans de prépa (je ne vous fais pas de dessin, ceux qui savent, savent) s’est retrouvé non seulement à travailler presque seul pendant 2 mois, mais aussi 2 mois de plus (idem pour les étudiants PACES d’ailleurs).

Et là, c’est maintenant. 10 jours de concours dans un hall de 4000 étudiants. 8 heures d’épreuves par jour. Une chance de dingo, il a trouvé à se loger grâce à son meilleur pote de prépa en face du lieu d’examen dans un appartement, et vraiment c’est 1000 fois mieux que l’hôtel que j’avais réservé par précaution.

Alors qu’est-ce que je pouvais faire pour que ça se passe le mieux possible?

J’ai fait 2 choses:

La première, c’était il y a un mois, quand il a eu une petite baisse de régime: j’ai fait un mail à tous les proches, famille et amis, avec un calendrier et leurs noms répartis sur les 30 jours jusqu’au concours. Leur mission: mettre une alerte sur leur téléphone et faire signe à Basile le jour dit: un message, une vidéo, un sms. J’avais peur que ça lui mette la pression, mais en réalité il a vraiment apprécié qu’on pense à lui.

La seconde, c’était aujourd’hui. Il est rentré passer 24 heures (globalement il a dormi et travaillé). Pendant ce temps-là, je lui ai préparé un panier de victuailles: des portions de lasagnes, des fondants au chocolats, de quoi se faire des sandwiches, et autres douceurs à partager avec son copain. C’était pas grand chose, mais que faire de plus?

Au moment de le reconduire pour la semaine, son copain est arrivé, accompagné par sa maman. Il avait sa valise et son ordi, et un sac rempli de douceurs préparées par sa maman; ça les a fait rire, ils pensent pouvoir se nourrir jusqu’à fin juillet, ou vendre des sandwiches et salades aux 3998 autres. D’autant que le stress leur a fait un peu perdre l’appétit.

La réponse à ma question est finalement assez simple et ce proverbe chinois le décrit mieux que moi:

« Le véritable chemin pour toucher le cœur d’un homme passe par son estomac ».

Et la nourriture est aussi le premier vecteur de communication entre une mère et son bébé. Même s’il mesure 1m91!

Bonne chance mon grand, si je peux contribuer à te faire récupérer les 5 ou 6 kilos perdus…

6 Comments

  1. Bonjour,
    Je vous suis depuis presque le début de ce blog…et je vous lis comme je lirais une amie, sans oser commenter! aujourd’hui je me lance!! Merci pour vos partages, et ce joli regard que vous portez sur les votres et le monde qui vous entoure, il entre bien souvent en résonance avec ce que je vis!!
    Ici aussi 5 estomacs de 9 à 18 ans à nourrir, des ados-rables et une entrée dans la vie étudiante. Pour soutenir notre grand en prépa à des centaines de km. nous avons envoyé des colis, de façon plus ou moins avisée;-) La trinitaine et des kouign aman à partager en classe, des kg de saucissons qui ont embaumé l’internat pendant qq semaines….!!! Bonne dernière ligne droite à chacun avant les vacances!

    1. Merci Nath
      Ce message me touche vraiment !
      Alors oui soyons amies !
      C’est vraiment dur pour eux ces prepas et pour nous les mamans, il faut de la ressource aussi.
      Ouf l’été arrive pour recharger et… Mieux continuer.
      Kouign Aman et Trinitaine… Ça sent l’iode et le beurre salé ! Je serai en Bretagne très bientôt et j’ai vraiment hâte
      Bonne continuation et à bientôt !

Leave a Comment

Robot or what? *