Mois et nous, sans viande

C’est venu comme un cheveu sur la soupe ou un pavé dans la mare: « Et si on faisait un mois sans viande »?

J’avais entendu parler du lundi sans viande, mouvement québecois proposant de réduire la consommation de produits d’origine animale un jour par semaine.

Ils ont dû penser qu’un jour par semaine c’était trop facile. Parce que ça fait déjà un moment qu’on ne mange pas de la viande tous les jours. Et jamais le soir, sauf les lardons dans la quiche, ou la viande hachée dans les lasagnes.

Ils ont choisi le mois de février (il n’y a que 28 jours, Mam’s, ça passera plus vite). On s’est mis d’accord sur le fait que chacun allait faire au mieux. Sans obligation. Même Basile du haut de son 1m90, ou Noé en pleine croissance. Au pire, il y a de la viande à la cantine.

Moi, j’ai dit Banco! ça a mal commencé, parce que j’avais prévu une raclette le 2 février, donc j’ai craqué. Et puis de ce jour là, je n’en ai pas consommé.

Bilan:

Je n’ai pas acheté de viande pendant un mois, et en réalité, ça représente environ 80 euros d’économie sur le budget alimentaire du mois: 2 soirées ciné tous ensemble, un restau à 3, une paire de bonnes chaussures, 5 ou 6 tee-shirts. 30 repas à la cantine. Pas négligeable quand même.

Nous avons compensé par des plats au départ inconnus, testés, parfois ratés, et certains vraiment bons. Les pois chiches, on ne m’y reprendra plus. Je pourrais faire un livre de recettes avec toutes les recettes qui m’ont été communiquées quand j’ai fait ma crise sur FaceBook après avoir fait tremper 24h les pois chiches, puis les avoir fait cuire 2h, puis enlevé les petites peaux blanches, puis fait sécher pour finir dans un rata immonde pour cause de galettes ratées. Mais non.

J’ai fait des galettes de Quinoa vraiment bonnes.

On a mangé pas mal de lentilles, des vertes, des corail. C’est délicieux. Chaud, tiède, en salade.

On a testé la pizza végé de chez Domino’s. Parfaite.

Ce qui m’a manqué, ce ne sont ni les saucisses, ni le porc, ni le boeuf. C’est le poulet. J’aime le poulet, les escalopes de dinde, les émincés, les cordons bleus. Et ça enrichit bien un repas.

On a mangé une fois du poisson. Mais acheter du poisson frais ici, ça me fait mal au bide tellement il est cher. On garde ça pour les vacances en Bretagne.

Je ne sais pas si nous sommes carencés en quoique ce soit. Je n’irai pas vérifier, mais j’ai donné mon sang il y a 2 semaines, et au niveau du fer, ça allait.

Et ma meilleure découverte, c’est l’utilisation de l’appareil à crêpes pour faire des galettes. C’est magique, ça cuit sans graisses ajoutées, et pas de vaisselle à faire. Alors je vous donne ma recette:

2 œufs, 3 cuillères à soupes de farine, 2 cuillères à soupe de fromage blanc (on peut y aller avec de la crème fraîche), et du lait pour diluer si c’est trop épais. Ça, c’est la base

On ajoute comme on veut, ce qu’on veut: des oignons, des courgettes, du chèvre, ou du râpé, des champignons, des lardons (c’est bon on est le 1er mars), des tomates coupées en petits morceaux, des herbes, etc. Vous saurez mieux que moi ce qu’il faut mettre dedans.

Une salade verte, une salade d’endives et hop. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt? Avec 2 galettes chacun c’est parfait, 3 c’est l’idéal pour les ados en pleine croissance.

Mon meilleur dîner du mois? Un risotto de la mer, un délice. Merci PM et P2, je ne vous arrive pas au talon quand je parle cuisine.

A quand le prochain défi? Après le Noël solidaire et le mois sans viande, j’en connais 6 qui ont plutôt le sens des autres, et le souci de leur planète. Il n’y a plus qu’à se laisser porter par leur énergie!

Leave a Comment

Robot or what? *