Mes enfants sont-ils de fait des fumeurs en puissance?

Aujourd’hui cela fait 4 jours.

Ce n’est rien encore au regard de toutes ces années où jai fumé.

Mais comme je souffre d’insomnies plutôt pesantes, j’en profite pour gamberger. La cigarette est encore omniprésente dans mes pensées même si je sens que ça évolue.

Alors je ressens beaucoup de culpabilité pour avoir pollué mon environnement proche. Mes enfants m’ont toujours connue sentant le tabac. Ils vont découvrir ma vraie odeur et j’espère qu’ils pourront oublier celle qu’ils ont toujours connue. Une Mam’s ça sent bon, ça sent la douceur et les câlins, ça sent la chaleur et la tendresse. La question que je me pose est la suivante: Est-ce que cette odeur de tabac est maintenant associée inconsciemment chez eux à des sensations agréables?

Les études montrent que des enfants à qui l’on fait goûter de l’alcool lorsqu’ils sont très jeunes sont marqués neurologiquement. C’est entre autres pour ces raisons qu’une fois ados ou adultes le risque d’alcoolisme chez eux est plus fort.

En sera t’il de même pour la cigarette auprès de mes enfants? Les aînés se souviennent combien il a été dur pour Pap’s d’arrêter, sans substituts, juste avec la volonté. Il leur dit souvent que s’il ne reprendra jamais, c’est pour ne pas avoir à ré-arrêter et retraverser la période de sevrage si difficile. J’espère que les 6 se souviendront de mon arrêt de la cigarette et je ne me gênerai pas pour partager avec eux les difficultés, les émotions ressenties, le combat pour résister.

Bon, il vaudrait mieux que je dorme bien la nuit prochaine plutôt que de me lancer dans la psy, parce que si je viens ici pour vous plomber avec mes idées fumeuses (ouarf), vous allez tous partir en courant et je serai grillée.

Et à la fois, cette réflexion nocturne est un coup de pied aux fesses supplémentaire pour tenir!

J’en profite pour relayer ce site qui m’a été recommandé en commentaire, qui est génial, qui propose une application Iphone gratuite.

Stop-tabac.ch

36 Comments

  1. Alors, petite expérience perso…j’ai grandi entre 2 parents ultra fumeurs, (2 paquets/jour, Gitanes sans filtres), et au jour d’aujourd’hui, je ne suis pas fumeuse du tout…ça m’arrive d’avoir envie d’une cigarette, je m’achète un paquet, et je finis par le donner à des potes, car plus envie…alors, avant que ca pourrisse…je contribue au cancer des autres mouarf!
    Et j’ai un souvenir (très présent celui là), quand mon père a arrêté de fumer, il était tellement infernal, qu’on a fini par lui racheter un paquet de clopes! Quand il nous a dit, quelques mois ou années plus tard qu’il voulait essayer d’arrêter de nouveau, on a tout simplement refusé!!!

  2. Juste un petit mot pour dire que j’ai 36 ans, fille d’une mère très très grosse fumeuse (gauloise sans filtre quand même !!), ce que je retiens d’elle (elle est partie depuis quelques années déjà …) c’est l’odeur de son parfum et nullement l’odeur du tabac. Je ne suis pas marquée « neurologiquement » par cette odeur que je déteste et qui m’insupporte ! Je n’ai jamais été fumeuse, bien au contraire, j’ai même plutôt une aversion contre tout ce qui touche au tabac ! Donc pas d’inquiétude, ce n’est pas parce que les parent fument que les enfants deviendront fumeurs !!!

  3. Ton combat pour arreter la clope me rappelle celui de mon papa il y a des années. Nous ces 3 enfants lui faisions vivre un enfer (enfin c’est ce qu’il disait j’en ai aucun souvenir) pour qu’il arrete de fumer. Il s’était aidé de subsitut (patch puis nicorette si mes souvenirs sont bon) devenant même durant une phase accro aux nicorettes il en a prit pendant bien 1 an puis il s’est arreté définitivement. Ca doit faire une quinzaine d’année et de nous 3 enfants d’un papa fumeur je suis la seule à ne pas fumer alors que mes frères oui. Ce que je veux dire par là c’est que ce n’est pas parce que tu fumais que automatiquement tes enfants le feront il y a un facteur important qui est l’univers ou ils évoluent, l’impact des autres (copains à un degré plus ou moins proche) . Donc non rien n’est joué ! 🙂
    Courage à toi pour ce prochain jour qui arrive ! chaque jour de passé est une nouvelle victoire !

    Le tabac c’est tabou on en viendra tous à bout ! 🙂

  4. je viens souvent faire un tour par ici (j’aime les familles nombreuses!) mais c’est la première fois que je commente…. pour dire qu’effectivement ce que tu crains pourrais arriver. mon père est un gros fumeur doublé d’un mâcheur de chewing gum (stressé le paternel peut être?), bref, qd j’étais petite je lui demandait souvent de me filer un bout de son chwing, ce qu’il faisait (bon c’est degueu mais c’est pas le sujet). et ce bout de caoutchouc avec le goût du tabac, je m’en souviens comme d’un pur bonheur. c’est toujours ce gout là qui me vient dans la bouche qd VRAIMENT j’ai envie d’une clope, un peu comme le premier shoot qu’on cherche à revivre à chaque fois. indéniablement, pour moi, le tabac est synonyme de bien être (comme le chocolat), je ne fume que par plaisir (je peux d’ailleurs passé plusieurs semaines sans fumer ss pb), qd le moment s’y prête et j’ai beau me cacher des enfants, ils sentent forcement que j’ai fumé. ils sont encore trop jeune pour que je leur explique ce que je ressent et je nage du coup en pleine contradiction, comme souvent qd on est parent (faites ce que je dis, faites pas ce que je fais…)

    1. Merci pour ce premier comm’
      Quelle chance tu as de réussir à fumer par plaisir et seulement par plaisir…
      Je connais aussi quelqu’un qui s’est caché de ses enfants longtemps… et maintenant elle pique des clops à son fils, gloups

  5. 2 parents très fumeurs – par exemple mon père dans la voiture et ne voulait pas qu’on ouvre les fenêtres qd il faisait froid , donc odeur du skaï des sièges + tabac = l’un de mes mauvais souvenirs d’enfance- je n’ai jamais fumé – deux ou trois pour essayer vers 25 ans- donc tu vois pas d’incidence sur moi..
    tiens bon ,cécile ! ça vaut le coup!

  6. Bonsoir ! Je ne commente jamais (comme on dit!) mais mais mais là le sujet me parle très fort ! Apres presque deux décennies de tabagisme forcené (de 14 ans à 32 ans) j’ai cru que jamais je n’allais pouvoir arreter, et que la vie sans cigarette ne valait pas la peine d’être vécue (très pathétique mais vrai !!!) J’ai arrêté extrêmement difficilement avec des substituts, rechuté pendant plusieurs années, et re-arrêté QUASIMENT COMME UNE FLEUR en lisant le bouquin d’Allen Carr, conseillé dans mon entreprise (le titre « arrter de fumer c facile », ou qquechose comme ca). Ce bouquin – auquel je ne croyais pas trop – montre la part forte de l’emprise psychologique du tabac et le fonctionnement de la nicotine (plus on en ingere, plus on en a envie, d ou l’ehcec des substituts qui en fait entretiennent l’envie de fumer). J’ai arraché mon patch, serré les dents qques jours, et voila. Terminé ! Je ne fume plus depuis et j’en suis plus que ravie. Du coup, je suis un peu prosélyte, forcément, désolée, mais c tellement énorme pour moi, et si ca peut aider… Bon courage surtout !!!

    1. merci Vero d’etre venue partager ton expérience. j’ai commandé le bouquin d’allen carr aujourd’hui; ça m’intéresse ce que tu expliques sur la nicotine.
      Hâte d’aller plus loin

  7. je te dis bravo, parce que pour avoir été la fille de parents gros fumeurs (gitane et gauloises)…j’ai toujours trouvé que ça puait. que l’odeur de clope au réveil, ça me foutait la gerbe, que l’odeur de clope dans la voiture, c’était une torture, que l’odeur de clope sur mes habits, c’était horrible.
    ma mère a arrété il y a tout juste 1 an; mais avant, je peux te dire que quand je lui confiais mes bébés, et que je les récupérais sentant la clope, j’avais vraiment les boules; et pourtant elle ne fumait pas devant eux, mais l’odeur était tellement imprégnée partout que je devais laver les bodys taille 6 mois car empestant la clope…
    alors bravo; tu donnes le bon exemple à tes loulous, et ils vont te redécouvrir sentant bon, avec une bonne voix, et probablement plus en forme. et puis sentir que ses parents font un choix très dur, en partie pour nous épargner, nous leurs enfants, moi je l’ai vécu comme une preuve d’amour.
    nikita

  8. Quand on voit ta détermination pour arrêter, cela doit convaincre tes enfants qu’il vaut mieux éviter de s’y mettre. Mes parents s’autorisaient un cigare le we au moment du café;nous avions même le droit de l’allumer. Cela a pu un moment me donner envie de fumer mais je ne l’ai pas fait (de fait, j’aime l’odeur du cigare mais pas de la cigarette). En fait, nous n’avions pas le droit de fumer et avons essayé en cachette des cigarettes à l’eucalyptus, pouah! Cela nous a vaccinés. Le fait que vous arrêtiez tous les deux, même à quelques années d’intervalles, les efforts auxquels vous consentez pour cela devraient les convaincre. Courage et bravo pour ces premiers jours.

  9. Mon père a arrêté de fumer lorsque nous étions enfants (on est trois frères et soeurs) , on devait avoir 8 ou 10 ans (J’ai 42 ans aujourd’hui) . Et aucun de nous trois n’a jamais fumé. Mon mari a des parents qui fument et il n’a jamais fumé non plus ni son frère. Je crois que l’on a été vacciné de la cigarette étant enfant, mon père était un gros fumeur, cigarette même à table et cigare le dimanche en voiture, le pire. Ca vaut le coup d’arrêter.

  10. Bonsoir Cécile,
    Tout d’abord, bravo pour votre blog que je viens consulter avec curiosité chaque jour :o) Et, surtout, un ÉNORME bravo pour votre décision (et mise en pratique!!) d’arrêter le tabac. Vous pouvez être fière de vous. Je crois qu’il n’y a que les personnes qui se sont sevrées d’un produit qui peuvent comprendre comme c’est difficile.
    Bref, pour revenir à votre question, j’avoue que j’ai TOUJOURS été captivée et attirée par la cigarette, car ma maman fumait et que je la trouvais juste trop belle la cigarette à la bouche… :o/ Si bien qu’à 5 ans si mes parents étaient en groupe pour une soirée je m’arrangeais pour aller tirer sur les mégots en cachette (je sais… oups…). Et si bien que la première fois que j’ai « crapoté » j’avais 8 ans (je sais… re-oups…). Pour finalement commencer à fumer « officiellement » à 16 ans… et arrêter à 26.
    Alors oui, clairement pour moi, il y avait un lien entre ma maman et le fait que j’étais fascinée par la clope au point de devenir une grosse fumeuse. Maaaais-mais-mais d’un autre côté, d’une part vous avez peut-être un peu écoeuré vos enfants avec vos clopes (d’où un refus total de la cigarette) et d’autre part, ils voient 1) comme c’est difficile d’arrêter (mieux vaut donc ne pas commencer) et 2) si jamais fascination pour la clope il y a, ils seront sans doute encore plus fascinés par le fait que vous arrêtiez le tabac.
    Donc si j’étais vous, je passerais mes nuits blanches à bosser sur le super clepsydre qu’à mouronner sur les sex pistols et le tabac. Mais bon, c’est plus facile à dire qu’à faire, je sais. Bonne nuit, bon courage pour la suite et encore BRAVO! :o)

    1. Merci Célinette pour ton témoignage (on peut se tutoyer?). C’est vrai que la nuit, on pense mal, on a des idées noires… J’espère vite dormir mieux.
      La clepsydre, c’est pour ce week-end!

  11. Bonjour Cécile,
    Je crois que le problème, quand on est fumeur c’est qu’on risque d’être plus tolérant avec ses enfants qui fument. J’ai de mon côté le souvenir d’avoir envoyé paître ma mère, grosse fumeuse, qui me demandait de ne pas fumer.
    Contente de voir que stop tabac.ch te soit utile, et tu as aussi commandé le livre d’a carr ? Tu sais que c’est un peu de l’auto hypnose ?
    Attention à ne pas en faire trop. Avec ta séance un déclic s’est fait qu’il ne faut pas trop comprendre. (J’ai fait ma séance d’hypnose avec une amie et le docteur nous avait internit d.en parler entre nous !)
    En tout cas bravo !

  12. Je suis la fille de 2 fumeurs qui ont arrête quand j’avais 5 ou 6 ans (gauloises) et 12 ans (gitanes). Pendant 12 ans, j’ai vécu dans la fumée. Depuis que les deux ont arrêté (j’ai 43 ans), je ne supporte pas l’odeur de la cigarette, ni de près, ni de loin, même dans la rue. J’ai une sensation d’étouffement dès que je sens une odeur de cigarette et le la détecte de très loin.
    Comme si j’avais commencé à respiré quand mes parents ont arrêté de fumer.

  13. Merci, merci pour cet article qui m’a donné la force d’arrêter : 3 jours déjà!
    c’est dur, je ne pense qu’a ça, mais quand ma loupiotte me dit que je suis une super maman parce que j’arrete de fumer, je suis motivée puissance 1000 et ma sizan qui me dit qu’elle est contente parce que je vais sentir bon et plus la clope, là je prend une grosse claque!
    donc oui j’arrête, pour mes filles, pour moi et un peu grace à toi
    super l’appli 😉

  14. Courage Cécile …. yes you can ! ;))
    Mon père a été un gros fumeur (1 paquet/jour) toute sa vie et je n’ai jamais touché une clope de ma vie, et le voir mourir d’un cancer du poumon m’a vacciné pour le reste de mes jours ….

  15. Bon bah moi je ne suis pas fumeuse.
    J’ai eu un papa fumeur de pipe j’adorais l’odeur de son tabac (amsterdamer)!
    Tu tiens le bon bout car c’est surtout les premiers jours et les habitudes qui sont difficiles à combattre.
    la première chose que mon père a ressenti en arrêtant c’est qu’il a redécouvert des goûts qu’il avait oublié sans s’en rendre compte et le souffle ,étant sportif les côtes en vélo étaient beaucoup plus facile après l’arrêt!!!
    En tant que professionnel de santé je ne peux que te dire bravo et t’épargnerai la liste interminable des dégats (que tu connais certainement pour la plupart) causés par la clope!

  16. Bonjour,
    Je n’ai pas lu tout les commentaires donc je ne sais pas si ça t’a déjà été proposé mais j’ai entendu dire que ce livre pouvait être une aide précieuse pour arrêter de fumer : « la méthode simple pour en finir avec la cigarette » d’Allen Carr.
    Bon courage

  17. Comme dans un commentaire précédent, moi j’ai eu l’impression de commencer à respirer (au sens propre…) quand je suis partie de chez mes parents. 18 ans d’odeur de tabac froid dans la voiture, de vêtements qui empestent, de pièces irrespirables… Toutes les sensations olfactives de mon enfance sont imprégnées de tabac, même l’eau de toilette de mon père, le linge frais sorti de la machine… J’en ai gardé une aversion viscérale pour la cigarette. Je n’ai jamais fumé et ne fumerai jamais. Hasard ou fait exprès ? : je n’ai pas d’ami fumeur. Je n’aurais pas pu épouser un fumeur, eût-il toutes les qualités de la terre. Réaction tout aussi pathologique que celle de devenir une grande fumeuse je suppose. Pour moi la stimulation neurologique a fonctionné à l’envers !

    C’est un cadeau formidable que vous leur faites à vos enfants. Tenez bon !

  18. Je pense que ça dépend en grande partie aussi du caractère et de l’environnement, amis, des enfants.
    Ici parent fumeurs, papa très gros fumeur qui a arrêté il y a seulement 4 ans. Et je n’ai jamais touché une clope de ma vie, jamais eu le besoins d’essayer.

    Pour l’odeur, enfant sur mes parents je ne la sentais pas, je m’en suis plus rendu compte quand j’ai quitté la maison car alors je vivais chez moi sans aucune trace de tabac alors je détectait la moindre odeur de tabac a 30 km à la ronde. c’est vraiment une odeur que ej ne supporte plus et quand j’habitais chez mes parents si je prenais un vêtement propre je sentais la lessive. une fois parti j’ai récupéré plusieurs fois des vêtements oublié par les enfants chez mes parents qui avaient pris soin de les laver…résultat impossible de leur faire porter je relaver à chaque fois, je ne sentais que la clope pas la lessive.

    Mon mari ne fume pas non plus, je voudrais que ça soit suffisant pour que nos enfants n’y touchent jamais aussi mais je sais que ça serait trop simple, je croise les doigts…

Leave a Comment

Robot or what? *