Marathon de printemps!

 

 

[La photo n’a rien à voir avec le sujet, mais à défaut de pouvoir me téléporter, elle me fait du bien]

Ahhh le marathon des mois de mai et juin!

Fut un temps ou le mois de juin était le mois de la quiche

Mais les temps changent, ma bonne Dame!

En mai, j’ai passé le concours PACES.

En juin je passe le bac.

Parallèlement je recherche une alternance pour les 2 ans à venir pour un Mastère.

Et puis aussi, j’espère bien avoir une super note au DS de maths de samedi pour assurer un passage en S.

Je pourrais vous parler de mon projet de potager autonome en eau et électricité avec panneau solaire polycristallin, régulateur et 2 batteries de 12V. En français et en anglais. En 10 minutes et 40 secondes.

Accessoirement, je maîtrise pas mal la vie du chevalier Gauvain pour le contrôle de lecture.

J’ai déjà passé le brevet 4 fois, eu le bac 3 fois. Encore 2 brevets et 3 bacs et je pourrai me concentrer sur les études supérieures uniquement.

C’est vrai que la relecture et contribution à la rédaction d’un rapport de stage de 6 mois, c’est intellectuellement vraiment chouette à faire. J’ai bien essayé d’ajouter des remerciements à la maman mais il les a retirés.

Je suis super motivée pour un stage dans l’aéronautique, un autre chez Ferrari, un autre dans un cabinet de sage-femmes, un autre au CEA. Mais ce n’est pas moi qui ferai ces stages. Malgré des super lettres.

Le tout sans avoir fait de révisions, d’exposés, de présentations, juste quelques corrections et répétitions. Facile.

Cette année, après 3 APB, j’ai découvert Parcoursup. Moi j’aime bien Parcoursup par rapport à APB. Peut-être parce que Basile a eu les choix qu’il voulait, que le serveur n’a pas planté, que j’avais des notifications sur mon téléphone, et qu’en y ayant passé beaucoup de temps en début d’année, les résultats étaient conformes aux espérances.

Je pourrais me dire que c’est de l’empathie. L’empathie, c’est la capacité à ressentir les émotions de l’autre, en arrivant à se mettre à sa place.

Mais non. Je ne suis pas stressée à leur place ou avec eux. D’ailleurs, je ne suis pas stressée (enfin un peu mais par mon boulot et le programme du mois d’Août) . Et je ne suis pas à leur place. J’accompagne avec mes moyens, mais surtout ça m’intéresse terriblement.

La prépa au concours PACES, c’est un passage obligé. Après 2 ans d’accompagnement, j’ai un avis assez radical sur le sujet. Oui la prépa médecine apprend à travailler, à repousser ses limites, à gérer des horaires, à sacrifier beaucoup pour se donner toutes les chances. On y prend 10 kilos ou on les perd, ou les 2. La famille entière est en prépa. Pour partager les moments de détente et consoler les coups de mou, les pertes de confiance. Pour engranger de matière mécanique des connaissances dont je me demande réellement à quoi elles pourront servir. Peu de raisonnement, mais du QCM en pagaille. L’an prochain on ne pourra plus la redoubler. De toute manière, aucun autre des enfants ne semble avoir de prédisposition pour le sujet.

Le plus compliqué c’est de jongler. D’un sujet à l’autre, d’une urgence à l’autre. D’un match à l’autre aussi. Franchement Roland Garros en mai-juin c’est chaud comme tentation!

Le plus intéressant c’est de découvrir comment ils apprennent, comment ils travaillent, comment ils gèrent leur stress. Evidemment bien différemment de moi. Chacun sa méthode. Et bien sûr, si j’ai envie que ce soit efficace, j’ai plutôt choisi de m’adapter à leur méthode que d’essayer de les convertir aux miennes. En glissant un peu de méthodologie quand même!

Le plus fatigant c’est de pratiquer un zapping de cerveau permanent pendant plusieurs semaines sur tous leurs sujets, qui s’ajoutent aux miens, qu’ils soient pros ou persos. Et côté pro, c’est plutôt chargé en ce moment. Tout le temps en fait. Certaines journées sont longues. Toutes en fait.

Le plus gratifiant, c’est de les voir se retrouver autour d’un barbecue ou d’une ventrée de pâtes, de se détendre, de se marrer, et de se dire que quand l’appétit va, tout va.

Il sera bien temps de ralentir en juillet, et de dormir un peu. Plus.

 

 

 

 

 

 

9 Comments

  1. J’ai cru un instant que tu te réorientais vers la médecine et je me suis dit « Quel courage ! cette femme est incroyable ! »
    Mais après avoir tout lu, je ne suis pas déçue et je te félicite. Il n’y a pas à dire, les mères sont des êtres supérieurs, j’en étais déjà convaincue (à me voir 😉 ) et je le suis encore plus ! Bon courage !

    1. Ahahahh, non pas capable de me réorienter en médecine !
      Par contre, l’expérience fait que mes diagnostics médicaux sont de plus en plus justes 🙂

      Je ne sais pas si nous sommes des êtres supérieurs mais les Kids sont de sacrés stimulants cérébraux et physiques !

      Courage pour ta fin d’année

  2. C’est ce que je me suis dit il y a quelques semaines, alors que lors d’un trajet en voiture, je devais jongler entre le vocabulaire des sciences de l’éducation, aider à trouver les termes pour un dossier sur le tir à l’arc, donner des pistes d’analyse littéraire de l’incipit d’un conte philosophique de Voltaire et répondre à des questions de physique sur les forces… (alors que i’aurais bien fait une petite sieste — je n’étais pas au volant)
    En revanche, relire, corriger et mettre en pages les mémoires et rapports de stage en soirée, alors que c’est ce que je faisais 10h par jour sur un livre très en retard, ça m’a un peu épuisée, j’appréhende les passages en licence et master de mes deux étudiants !
    (oh misère, et je passe le bac de français l’année prochaine, en L )

  3. tu écris avec tant de justesse, d’humour et de sensibilité -comme toujours-cette nouvelle étape , c’est un régal 🙂 je suis également la correcteur-e- en syntaxe, orthographe , rédaction pour des master-s- 2 x 2 .. Excellentes Réussites à ces enfants dans les voies qu’ils choisissent !

  4. Ping : 8 à la maison

Leave a Comment

Robot or what? *