Mais qu’est-ce que tu fais encore sur ton portable?

Ça y est, les 6 Kids ont des portables. Les jum’s en ont eu un pour leurs 14 ans (l’une est en 4ème, l’autre en 3ème). Maël avait eu son portable en fin de 3ème. Il a fallu ne pas craquer avant.

Je n’ai jamais je crois confisqué un portable, la seule exigence est que jusqu’à l’entrée au lycée (et + si dérapage incontrôlé), le portable dorme dans le salon, et eux dans leur lit. Je ne pratique pas le chantage au portable et donc, en toute logique, en bons ado-rables qu’ils sont, ils passent des heures dessus s’ils n’ont rien d’autre à faire, et globalement, ils n’ont jamais rien de vraiment plus important à faire. Vers 17-18 ans, ça change, et ils prennent un malin plaisir à désinstaller pour certaines périodes les applis addictives genre Snapchat, Facebook, Whatsapp qui les assomment toutes la journée de notifications.

Les plus jeunes ont des abonnements sans data. Et ils se retiennent de demander le code wifi avant de dire bonjour. La puissance de la fibre à la maison est un sujet aussi important que l’état de remplissage du fridge. J’ai vite compris comment faire un partage de connexion, et c’est fini depuis longtemps les voyages en voiture où on devait compter les voitures bleues ou les plaques d’immat 29 pour avoir un bonbon. C’est calme!!! Je partage un abonnement Netflix et un abonnement Spotify avec eux. Pas sûre qu’ils l’utilisent plus que moi. Mais nous partageons ce que nous regardons et ce qu’ils écoutent.

Mais que font-ils donc toute la journée sur leur téléphone?

Oui ils courent après des bonshommes pour envahir le monde, attaquent des clans ennemis, poursuivent des requins en évitant les méduses, anéantissent des terroristes. Seuls, ou en réseau (parfois le réseau, c’est les frères, dans la même pièce, en équipe, ils sont très forts)

Oui ils (et elles) – NOTA: je ne pratique pas l’écriture inclusive, ils, c’est les Kids, 4 garçons et 2 filles, et ce n’est pas la majorité qui l’emporte –

Donc oui ils se prennent en photo, utilisent les filtres de Snapchat, balancent des photos de là où ils se trouvent, de ce qu’ils voient, de ce qu’ils lisent, de ceux qu’ils rencontrent sur les groupes Snapchat et Whatsapp familiaux. Je suis fan. C’est de l’instantané, ce n’est ni important ni grave, on pourrait vivre sans mais c’est vraiment bien avec. Parfois ils m’expliquent comment ils font, pourquoi la photo a disparu, avec quel filtre je peux faire disparaître mes cernes et porter une casquette qui brille. Parfois ils soupirent, juste.

Mais surtout, ils suivent un nombre incalculable de YouTubeurs. Incalculable, vraiment. Je leur ai demandé de m’en faire chacun une liste, et c’est dingue. Il y a les plus connus, avec leurs millions de followers. Il y a ceux sur lesquels ils sont tombés par hasard, qu’ils ont bien aimé et qu’ils continuent à suivre. Du sport, de l’info, de la musique, de la beauté, du bricolage, du tuning de voiture, de la philo, du féminisme, de la photo, du voyage, des études, de la politique, de l’ASMR, tout y passe, tout y est, et encore plus. C’est hallucinant. Ils connaissent toutes les clés, les histoires de placement de produits, ceux qui jouent sur le fil du buzz, ceux qui font des alliances pour gagner des followers, ceux qui provoquent la réaction des autres. Hallucinant, oui.

Difficile pour eux d’estimer le temps qu’ils passent à regarder toutes les vidéos des youtubeurs qu’ils suivent. Le rythme de publication est différent, mais 2 heures par jour en moyenne? Facilement. Plus longtemps le week-end quand la semaine a été chargée (c’est certain qu’en prépa, on n’a moins le temps…)

Impossible de tous les citer, mais amusez-vous à demander à vos enfants qu’ils vous racontent, c’est dément. Oui, je suis dépassée par le nombre et je ne peux pas suivre. Il y a une vie sur le net qui va plus vite que moi, ils racontent des trucs incroyables à table, et parfois je suis totalement à la ramasse. Mais je m’intéresse quand même. Parce que c’est leur culture. Et parce qu’en en parlant entre eux ils s’autorégulent, critiquent les uns ou les autres, n’hésitent pas à huer haut et fort l’un ou l’autre s’il regarde un truc nul (et y’en a mazette), ou sort une vérité fausse issue d’une vidéo. Forcément l’un ou l’autre l’aura vue aussi. Ils attendent la sortie de la dernière de Mcfly et Carlito (les mecs ils ont repassé le bac quand même) , de Cyprien ou de Squeezie (la battle des 2 hits de l’été, c’est lui et je viens de découvrir Mirador et ByeBye) et ne spoilent pas les autres.

Au moment des Européennes, ils en savaient plus que moi sur les listes, les candidats. Merci Hugo Décrypte. Récemment, Coline m’a fait découvrir ViragIna, une série documentaire sur l’évolution des Droits des femmes. Jonas suit tu mourras moins bête et Et tout le monde s’en fout.

On peut cliquer sur chacun, je ne sais pas si ça se voit bien, mais faudrait que je change les CSS et là… c’est le bug comme dirait ma copine Google home)

Je trouve vraiment qu’ils ont de la chance. Ma culture quotidienne, à leur âge, c’était Paris-Normandie et le Figaro. Avec le magazine le samedi. Et France Inter.

Alors blablabla c’est mauvais pour les yeux, le net c’est le mal, ils sont addicts et n’ont plus de vie sociale, ils ne font plus rien en classe, ils ne lisent plus, ils regardent des trucs débiles et s’abrutissent avec du superficiel, etc. Ce n’est pas vrai (parfois un peu quand même, mais bon, ça se voit, ça se surveille. Et à côté de ça, ils ont un champ de connaissances sans clôtures, ils ont un esprit critique plutôt développé (quand on voit tout et son contraire, ça oblige à prendre du recul, à discuter, à confronter, à réfléchir). Sur Internet, il peuvent se faire harceler, faire des mauvaises rencontres, se retrouver sur des groupes moisis. Oui. Mais tous les youtubeurs qu’ils suivent en ont parlé un jour ou l’autre, ils sont ultra informés. Et la fratrie veille sur elle-même.

Y’a juste la poursuite des petits bonshommes, les attaques de clans et les requins et les méduses. Avec ça, j’ai un peu plus de mal. Mais moi je joue à Candy Crush. Et au Sudoku.

Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais? Héhé, c’est impossible.

N’hésitez pas à partager les youtubeurs pépites de vos enfants, ou les vôtres en commentaire!

13 Comments

  1. C’est tellement, mais tellement ça ! Seulement 2 , mais les entendre débattre, rigoler, argumenter, planifier, coopérer, se chambrer voire plus, au sujet de ce qu’ils voient sur le net est une immersion dans leur monde, j’aime bcp. Avec des pépites et des partages. Et des regards surpris qd les vidéos conseillées plaisent alors qu’elles l’ont été par leur mère (et tout le monde s’en fout en est un bon exemple), et réciproquement (perso j’adore L’histoire racontée par des chaussettes, et Tu mourras moins bête, bien sûr …tout aussi incontournable en BD, ou Silex and the City, sur Arte ou le net, pour les plus grands) … bref, c’est ça ! 😁

  2. Encore une fois, j’adore ta vision des ados.

    Prof en fin de collège et début de lycée, je milite depuis 12 ans pour qu’on ouvre les yeux sur ces générations qui en valent la peine mais crois-moi, je me heurte en salle des profs à des commentaires sur les ados qui feraient tomber une statue de son socle. C’est affolant cette façon qu’ont certains enseignants de dénigrer cet âge si particulier. J’en reste pantoise.

    J’espère ne pas m’oublier en chemin et offrir un œil bien veillant à mes enfants quand ils atteindront cet âge si particulier.

    Bon we à toi et tes kids.

  3. Merci pour ce billet, on est en plein dedans avec notre aîné – 15 ans fin de 3ème. Ça fait 1 an 1/2 qu’il a son tél et au départ j’étais contre mais contre…! Il n’a pas de data – j’ai adoré ton commentaire sur demander le code du wifi avant de dire bonjour quand tu arrives chez quelqu’un c’est tellement ça 😂😂😂
    Donc en effet je te remercie car tu m’ouvres les yeux sur une partie de de qu’il regarde et la façon dont cette génération s’informe.
    Je m’apercois qu’en lui suggérant de suivre Le Monde sur IG je suis un peu autant à côté de la plaque que mon grand père qui me donnait des coupures de presse des Échos quand j’y étais en 1e année de fac…
    J’aime bien ton approche… le soir quand je les vois avec son père dans les fauteuils du salon, chacun sur son iPhone avec ses vidéos je suis un peu désespérée. Mais quand ils se partagent les vidéos je me dis que finalement tout n’est pas perdu car d’une façon ou d’une autre on garde un contact.
    Et en effet si je retire la pile de couverture sous laquelle j’ai enseveli mon adolescence, je me rappelle que mes parents trouvaient toujours que j’avais autre chose à faire que ce que je faisais, c’était juste dans un environnement plus limité, technologie oblige.

    Donc tout ça pour dire que la lecture de ce billet me permet de me rendre compte que cette question des portables est juste un des aspects de l’accompagnement de nos enfants dans l’adolescence et que le point principal, comme ça l’a été de tout temps, c’est de ne pas perdre le contact. Donc pour tout cela merci encore !!!

    1. MERCI beaucoup Chantal pour ton commentaire. C’est vrai qu’à notre génération, nos parents nous faisaient aussi des reproches sur notre inculture. Nous n’avions pas la télé et je lisais les programmes pour suivre ce qui se racontait au collège sur le film de la veille.

      Passe un bel été !!!

  4. Bonjour. Je vous suis depuis longtemps, dans les maternelles quand j’etais enceinte de mon 1er, ici ensuite. Mes enfants sont encore loin de l’adolescence mais je voulais vous remercier pour votre facon d’evoquer l’enfance et l’adolescence. Avec bienveillance, en lachant un peu nos reperes et nos certitudes pour s’ouvrir a ce qu’ils sont. Grace a vous, je vois les choses differemment. Merci encore.

  5. Bonjour Cécile… c’est Cécile (Farenc) !
    20 … 23 ans, et je te retrouve par hasard au travers de ce blog absolument délicieux, juste, drôle, touchant, et tellement vrai !
    Heureuse de voir ce merveilleux chemin que tu as parcouru depuis notre rencontre et nos samedis au 136 avenue des CHamps !
    Je crois que je vais devenir une fidèle de ton blog !

  6. Bonjour Cécile… c’est Cécile (Farenc) !
    20 … 23 ans, et je te retrouve par hasard au travers de ce blog absolument délicieux, juste, drôle, touchant, et tellement vrai !
    Heureuse de voir ce merveilleux chemin que tu as parcouru depuis notre rencontre et nos samedis au 136 avenue des CHamps !
    Je crois que je vais devenir une fidèle de ton blog !

  7. Merci Cécile, je m’exaspérais parfois avec l’usage du téléphone chez mes 3 ados, maintenant je vais essayer de les comprendre… une révolution, mais c’est bcp plus intelligent !!!!

Leave a Comment

Robot or what? *