Mais de quoi????

De 1996 à 2009, nous avons été complètement épargnés.

Epargnés de quoi ?

Des nuits difficiles ?

Non, nous (je dis nous parce que je parle pour 2, mais je n’ai pas additionné  celles de Bruno et les miennes, cela n’aurait pas fait vraiment de différence) avons accumulé 2345 nuits hachées menu comme chair à pâtée.

Si mes calculs sont bons, sachant que :

           nous ne sommes plus réveillés la nuit depuis 2 ans

           je trouve le moyen de m’offrir 15 nuits d’insomnie par an

           je ne dors 8 heures ou plus par nuit  que 6 jours par mois

Il nous faudra 35 ans pour récupérer notre sommeil en retard.

Des gastros ?

Non, c’est au contraire depuis 2009 que le virus n’est pas entré dans la maison, alors qu’ils savent un peu mieux maitriser la situation (en tout cas, ça me fait plaisir de le croire).

Je pourrais d’ailleurs vous raconter l’épidémie familiale de gastro au retour d’une semaine d’hospitalisation de Jonas. Elle a duré 10 jours (et 10 nuits), j’ai été la seule épargnée (par le virus mais pas par le reste), j’ai fait des génuflexions et prononcé des vœux incroyables  tous les jours devant mon lave-linge pour qu’il résiste à tant d’acharnement à nettoyer housses de couette et pyjamas 24h/24. Je la garde pour cet hiver, allez !

Des bronchiolites ?

Non, on peut dire que de 1998 à 2008, c’était babyhaler à gogo à la maison, kiné au quotidien (tous enfants confondus on a dû atteindre les 500 séances), j’ai remercié les urgences kiné du week-end d’exister, j’ai vécu les protocoles 6 masques aux urgences et on voit après si on hospitalise. J’ai vécu les hospitalisations  aussi (ça aussi, je vous la garde pour l’hiver)

Des varicelles ?

Non, ils l’ont eue, pour de vrai, avec des boutons dedans dehors dessus dessous que Bruno badigeonnait consciencieusement au coton-tige avec une patience infinie (moi j’avais suggéré le bain quotidien  à l’éosine). 14 jours d’incubation à l’heure près. Les jus ont été vaccinés, avec le recul je pense que c’est débile, mais sur le coup, j’ai trouvé ça confortable.

Des fractures et des sutures ?

Non plus, nous avons 2 spécialistes des cartilages de croissance écrasés qui génèrent 3 semaines de plâtre ou rien. 6 ou 7 plâtres à leur actif, on connait même les heures de faible affluence à l’hôpital histoire de ne pas poireauter 3 heures. Par contre, pour les points de suture, on a plus de chance: une fois pour Jonas, et une fois pour Noé.

Ben quoi alors, quoi ?????

9 Comments

  1. J’aurai dit comme Sandra… les poux… La varicelle chez nos twins comme chez toi pile poil 14 jours entre les deux… en plein été début de vacances au soleil plage, sel et sable… pas épargnés…

  2. Des poux malheureusement non !! Nous avons ete epargnes pendant de nombreuses annees mais v’la ti pas que basile nous les ramenent en retour de camp scout. Ca a dure 1 an, fait le tour et encore et encore le tour de quasi ttes les tetes (sauf la mienne hihihi !!). Nous sommes devenus de grands chasseurs de poux … au peigne electrique !!

    héhé, chronique à suivre, rien qu’à l’idée, ça me gratte!

Leave a Comment

Robot or what? *