Les hommes à la crèche?


A la lecture de cet article, je me suis imaginée aller faire les soldes ce samedi avec Chéri.

Disons tout de suite que ce billet ne sera que le reflet de mon imagination, et que toute ressemblance avec des situations ayant déjà existé serait purement fortuite, puis que nous ne faisons pas de shopping en couple. Je parle là du shopping « utilitaire ».

Nous on adore le shopping plaisir qu’on fait amoureusement en se baladant les yeux dans les yeux et la main dans la main, en entrant dans les boutiques pour prendre le temps de regarder et d’essayer, en dénichant le petit cadeau qui fera plaisir à l’autre… je m’arrête tout de suite, celui-là on ne le fait pas non plus depuis qu’on a des enfants.

Les rares fois où nous avons fait du shopping ensemble (hors période de soldes bien entendu), nous nous sommes séparés après avoir atteint le centre commercial:  Chéri vers le rayon bouquin-nouvelles technologies de la FNAC et moi plutôt côté fringues et chaussures.

Après 1 heure de séparation, j’ai commencé à culpabiliser (et à en avoir plein les bottes aussi) et je l’ai rejoint, pour mieux piétiner pendant de longues minutes, le temps qu’il ait fini sa sélection. Mais je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans etc. Depuis, on a des enfants.

Donc, on dirait qu’on arriverait dans un centre commercial et qu’on se dirigerait vers la crèche pour y déposer Bruno pour quelques heures, disons 2 pour ne pas abuser. Il me demanderait pourquoi il est venu là, et pourquoi je ne l’ai pas laissé tranquillou jouer à la Bonne Paye avec les enfants à la maison, ce qui aurait permis d’économiser les frais de babysitter et  de regagner virtuellement tous les sous que j’allais dépenser.

Et là, 2 options possibles:

On dirait que comme il m’aime, il accepterait de tester le concept hyper novateur. Il commencerait par l’espace conseil en diététique par un coach sportif parce c’est là qu’il y aurait le moins de monde (les autres hommes rentreraient tous leur ventre pour aller directement au massage sans passer par les conseils diététiqeues) .

Moi, pendant ce temps, j’attaquerais les boutiques surpeuplées pour faire des affaires, mais entre 2 boutiques, j’irais regarder comment ça se passe pour Bruno histoire de jeter un oeil aux masseuses qui auront pris le relais pour bien s’occuper de lui, en rêvant secrètement d’être à sa place. C’est vrai, c’est juste débile d’aller se tasser dans des boutiques pour des tee-shirts en 8 ans, alors qu’on peut se faire masser peinard! Du coup, j’écourterais mon shopping en prétextant qu’il n’y a déjà plus rien. 4 jours après le démarrage, et 2 semaines après le début des pré-soldes et autres ventes privilégiées, faut être une pauvre pomme pour penser qu’il y a des affaires à faire.

On dirait qu’il choisirait plutôt de m’accompagner faire du shopping parce que ce concept est franchement débile, et parce que ça fait 10 ans qu’on n’en a pas fait ensemble. On commencerait par des vêtements pour les enfants et au bout du 2ème magasin, il m’attendrait devant la porte pour cause de surpeuplement, de surbruit, de surqueue et de surennui. Alors je proposerais qu’on cherche des fringues pour lui et après 2 boutiques on aurait tout trouvé parce qu’il n’est franchement pas difficile, qu’il se contente de 3 fois rien: 1 Levi’s dure 20 ans, 3 pulls ça suffit, et les chemises se remplacent à l’identique quand elles sont usées. De toute manière, s’il y en a trop, ça stagne au repassage. On finirait donc à la Fnac, dans des rayons différents, et on se retrouverait à la sortie.

Retour à la réalité: je suis dans le canapé, je remplis des paniers sur Internet que je validerai mercredi si les articles sont soldés. Chéri est dans le canapé, il se ballade sur Amazon. Grâce à nous, il y aura un couple de moins dans le centre commercial samedi après-midi!

 

4 Comments

  1. C’est pareil ici: les soldes c’est sur internet, ou alors c’est pendant les présoldes, mais au milieu de la cohue des soldes, j’ai vraiment du mal!

Leave a Comment

Robot or what? *