Il suffisait de demander… Et Marie Grain de Sel nous rend visite

Chère 8 à la maison,

 
j’aime beaucoup ton blog, et je voulais te proposer un billet que tu me paierais (cher) pour faire ma pub (tu permets : je te tutoie, car j’aime à penser que nous élevâmes les cochons ensemble).
Ban_MarieGrainDeSel-1

Par un soir d’été, une charmante demeure bretonne… Dans le salon éclairé par une lampe Halfhild Fågel règne l’odeur boisée d’une Vitfęllgråt fraichement montée…

Un bel homme brun, ténébreux et énigmatique s’entretient avec sa (très) jeune et rayonnante épouse. À leurs côtés, les enfants mangent en silence, proprement, et sans se rincer les doigts dans leurs verres d’eau.

Elle : J’ai eu Cécile au téléphone. On la retrouve à la plage demain pour pic-nicker.

Lui : Fort bien, mon épouse.

Elle : Tu vas voir, elle est super, Cécile.

Lui : Mais je n’en doute pas ! D’ailleurs, je peux sans mentir me déclarer impatient de faire sa connaissance.

Mais… ma douce…

Elle : Quoi donc ma-lumière-ma-vie ? Parle : tu sais que tu peux tout me dire.

Lui : À la plage, le soleil risque de taper ; me trompe-je ? C’est pour nos merveilleux enfants que je m’inquiète…

Elle : Ouais t’as pas tort… On ira se baigner : ils auront tellement froid qu’ils ne sentiront pas le soleil.

Lui : Ha ! Décidément, tu penses à tout (en plus d’être absolument sublime, tant sur le plan physique qu’intellectuel).

Mais… ma perle…

Elle : Oui mon couillon ?

Lui : Mais s’il leur venait l’idée saugrenue et totalement inhabituelle d’être pénibles ?

Elle : Ho mon amour, cela se produit si rarement !… Mais, le cas échéant, n’aies crainte : Cécile a énormément d’enfants, tu sais.

Et même des ados. Tu sais comment ils sont, surtout les filles : dès qu’elles voient des bébés, elles les veulent pour elles toutes seules.

Elles font les petites mamans, c’est si attendrissant !

Lui : Ha vraiment ? 

Elle : Mais oui mon cupidon ! Quand j’étais enfant, j’aimais tellement les bébés ! J’aurais donné ma part de saucisson pour qu’on me laisse les babysitter à l’infini !

Lui : Ha ouais quand même !..

Elle : Mais oui ! Et avec les familles nombreuses, c’est d’autant plus le cas ! Ils ont tellement l’habitude d’avoir des petits frères et des petites soeurs ! C’est normal pour eux de s’occuper des plus petits. Ils en raffolent. En plus, ils ont un grand sens de la famille et des responsabilités. Ils seront ravis de s’occuper des petits Grain de Sel. Limite, c’est presque nous qui leur faisons un cadeau en leur amenant nos enfants ! Je suis sure qu’ils ne voudrons même plus nous laisser partir !

Lui : Cela me plonge dans l’incertitude, ma chouchoune… Tu sais les enfants de nos jours, ils sont gavés de séries américaines. On les met sous pression dès la maternelle, tout ça pour passer 15 ans de leur vie au chômage dans un monde en perpétuelle crise économique. La culture, pour eux, c’est la télé, Nabila, et Christophe Mahé. Bref, ils sont broyés par le système dès le berceau… Alors si tu crois qu’ils vont se coltiner nos gosses au lieu de se détendre à la plage…

Elle : Rooo ! Mais non, loupinet !

*Elle se tourne vers son enfant, qui mange une crêpe jambon-fromage en buvant du jus de pomme fermier (car oui : il est Breton)*

N’est-ce pas que tu vas jouer avec les enfants de Cécile, Ô merveilleux fruit de mes entrailles ?

L’Enfant n°1: Peut-être qu’ils auront des épées de pirates ?!!!

Elle :… Moui… On va amener tes pistolets à eau, ça devrait faire l’affaire.

L’Enfant n°2 : Glhah !

Elle : N’aies crainte, Amour. Au pire, Cécile fera diversion. Tu sais, quand on a autant d’enfants, dès qu’on voit des tous petits, on ne peut pas s’empêcher de les cajoler. Je le sais : ma grand mère a eu 6 enfants et dès qu’elle voyait un bébé, elle le prenait dans ses bras. En fait, je crois qu’elle ne s’en rendait même plus compte. Elle l’avait fait tellement souvent, avec tellement d’enfants, que le geste était totalement intégré à son corps. Quand on a plein d’enfants comme ça, ça devient un réflexe de s’occuper des petits. Même ceux des autres. On reproduit les gestes qu’on connait par coeur. C’est bien normal. C’est incontrôlable : un peu comme quand le médecin tape sur ton genou avec son petit marteau et que ton pied se lève tout seul…

Lui : Haaaaa ! Je saisis totalement ton propos, mon étincelle !

Elle : Ben ouais ! Suffit de demander mon Délicieux !…»

Du coup, je suis aussi aller rendre visite à Marie Grain de Sel… Vous aussi? 

7 Comments

    1. hannnn des photos? mais je crois qu’on n’en a même pas pris, on s’est juste claqué des souvenirs plein la tête, et puis on a papoté, on s’est baignés, on a mangé des chips au sable et c’était juste bien

Leave a Comment

Robot or what? *