Couvrir un livre : le tuto tant attendu!

IMG_20130904_175711

Donc ça fait plusieurs jours qu’on échange sur Facebook sur l’enfer de la couverture des livres… 4 enfants dans le secondaire, ça fait environ 40 livres si on y compte le petit répertoire qui n’a pas de protège-cahier adapté et qui doit durer du CP au CM2, l’agenda customisé, les fiches d’activités Hatier histoire-géographie et tout ce qui traîne y passe…

J’ai expliqué dans ce billet que le volume de livres à couvrir ne me permettait pas de fonctionner avec les emballages tout prêts parce que quand même c’est une tuerie financière. J’ai aussi dit que je ne faisais pas ça toute seule, les 3 aînés couvrent leurs livres. Enfin ça, c’est de la bonne théorie pédagogique du genre ils sont grands et ils participent, je ne fais pas tout pour eux et tout ça et tout ça.

Ils l’ont fait, au moins 3 livres chacun… Et puis ils sont tombés sur le premier livre à rabats. Un livre bien pourri à couvrir, à croire que les éditeurs de livres n’ont soit jamais eu d’enfants de leur vie, soit ils n’ont jamais étudié, soit l’information dans les rabats a tellement peu d’importance qu’on peut la zapper quand on couvre le livre. Et des comme ça, ils en ont 3 ou 4 chacun.

Jusqu’à cette année je pensais que c’était la dernière version la bonne. Aujourd’hui les enfants m’ont expliqué que les cartes dans les rabats des livres de géo, ou les verbes irréguliers dans les livres d’anglais et d’espagnol c’était pas juste pour la déco et que les profs leur demandaient de les apprendre et qu’ils déscotchaient pas mal en cours d’année. Ah bon? ça s’apprend encore les verbes irréguliers?

Va-t’en couvrir un livre à 2 rabats sur la première de couverture, et 2 rabats sur la quatrième, ce qui multiplie par 2,5 la surface à couvrir, qui augmente le risque de faux plis, qui t’oblige à prendre le rouleau dans l’autre sens, et donc à faire plus de chutes dans ton plastique (à réutiliser pour les répertoires, sauf que je n’en ai pas 30 à couvrir non plus des répertoires), et le tout sans mettre de scotch directement sur le papier imprimé? Déjà il faut oublier l’ado qui commence à souffler avant même d’avoir commencé. Il a beaucoup d’humour d’habitude mais là il est subitement super fatigué.

Moi aussi j’ai soufflé, parce que bon. J’ai partagé mon juron sur la page Facebook du blog et puis Isabelle m’a suggéré de faire un tuto. Même pas cap. Donc, je me suis dit « t’es cool ma fille, et en plus t’as toute la vie devant toi un mercredi après-midi entre l’ophtalmo, les certificats médicaux, et le beau temps, tu vas lui (et vous) faire ce cadeau ».

J’ai donc demandé à Maël de filmer, monter les images pour que j’aie l’air super zen, couper le son pour étouffer les jurons. Tout n’y est pas (ouais il a fallu couper pas mal au montage) donc je vous mets les étapes importantes qui ne concernent que les livres à rabats. Pour les livres simples, il suffit de lire l’emballage de votre rouleau, on n’est pas chez Casto ici. Pour info, j’utilise des rouleaux Elba, qui ne m’ont rien offert pour tout ça… mais à qui je suis reconnaissante de coûter moins cher que d’autres.

– Commencer par ces bouquins à rabats (ne pas attendre d’en avoir déjà couvert 7 et d’être passablement énervée, ou à court de plastoque parce que ça en consomme pas mal.

– Etaler le bouquin sur le rouleau et habiller le livre avec le plastique, rabats compris, en laissant bien 3 ou 4 cm de marge partout. Cela permet aussi de vérifier qu’on a assez de plastique ou s’il va falloir changer de rouleau, à cause de ce P$*`;% de rabat avec les verbes irréguliers.

– Toujours couvrir avec le livre fermé au maximum, sinon il ne fermera plus jamais à cause de la tension du plastique (Et on ne fait pas comme si ça ne nous était jamais arrivé, hein? La bonne nouvelle, c’est qu’on ne se fait avoir qu’une fois. Par rentrée)

– Replier les petits morceaux coupés en biais sur les tranches (ça on on le voit bien dans le tuto), mais aussi pour les plis des rabats)

– Faire les coins: les coins principaux ne sont pas les coins des couvertures, mais les coins des extrémités des derniers rabats. C’est vraiment ça qui change par rapport à des livres sans rabats.

– Bien marquer les plis intérieurs et refermer le tout.

– Demander à l’ado hyper reconnaissant et admiratif de vider le lave-vaisselle et d’aller ramasser le linge sec, il ne pourra pas refuser après tant d’efforts et d’abnégation.

PS: si vous voulez suivre les échanges super riches sur la page Facebook du blog et y participer, il suffit de l’aimer! C’est super vivant ces jours-ci et c’est top. Merci aussi pour vos commentaires ici, que je prends beaucoup de plaisir à découvrir.

36 Comments

  1. Quelle patience et quelle minutie!! C’est super bien fait! Moi, c’était mon mari qui s’y collait parceque il aime faire ça!! Il allait également acheter les fournitures car j’ai horreur de ce rayon , de la foule et il aime ça aussi!!

  2. Du grand art ma bonne dame, je suis admirative !!!! mais je retiens surtout les petits coincoins gris qui m’éviterais de me battre avec le scotch……

  3. bravo! je garde l’idée pour dans quelques années…..(mes filles ne sont quand grande et petite section). JE me souviens du calvaire de ma mère pour mes livres alors je compati sincèrement.
    PS: j’ador ele « laché » du cahier 😉

  4. ca a l’air fastoche comme tout ! et si rapide ! et si zen ! 8-D
    quand je pense qu’il y a des gouvernements qui privent les familles de cette joie récurrente en fournissant des tablettes, c’est vraiment injuste.

  5. Ahhh j’ai justement joué hier soir avec mon copain de la rentrée favori: le rouleau de papier cristal adhésif!
    Bon, j’ai nettement moins d’entrainement que toi, je n’ai que deux enfants encore en primaire, petite joueuse, j’ai juste eu à couvrir un fichier de math, et deux carnets de correspondance (pas demandé mais vu la finesse de la couverture et la délicatesse des mes deux chérubins… mieux vaut prévenir que guérir!). J’avais aussi couvert les agendas, ça me mange pas de pain.
    Et bien cette année, je me suis épatée moi-même: j’ai tout réussi du premier coup sans bulles, sans plis, sans froissage de rage avec balançage par terre et arrachage de cheveux….
    Mais je garde ce tuto sous le coude, pour plus tard. Au fait, c’est quoi ces ptits coins magiques? C’est rudement bien fichu ça. Ça évite de se battre aussi avec le rouleau de scotch!

  6. bon je dois pas être normal mais moi j’aime bien couvrir les livres !
    certains le sont déjà et je ne suis pas maso donc si pas nécessaire je ne les recouvrent pas hein !
    en plus ma grande le fait donc nickel !

    sinon j’avais pas envie de la rentrer mais je suis ravie de retrouver ton blog !
    et au fait le Gobi est parmi nous grâce à toi !
    allez courage ma belle le 19/10 c’est les vacances !!!!!

  7. Je recherche également le fournisseur des « coins » ouahh j’en suis déjà fan, et nous aussi nous avons également adopté Gobi, chacun avait la sienne ce matin dans le cartable. Je garde le tuto, cela va certainement servir !!!!

  8. Comme Isa, j’adore couvrir les livres mais évidemment, comme Isa, je n’ai pas 6 enfants… Donc pour l’instant, ça va. Reste que je n’ai pas tout à fait la même technique que toi pour les livres a rabats : pour éviter que le plastique ne s’écarte au niveau du centre du livre (à l’opposé des coins), je découpe un bout de plastique et je fais la jonction entre le haut et le bas de la couverture rabattue. Tout cela n’est pas très clair mais chez moi, le fait de marquer les pliures ne suffit pas. Et sinon, un petit truc pour maintenir la couverture en place avant la pose des scotch, j’utilise des trombones. Voilà voilà.

  9. Merci pour ce tuto! J’ai pesté sur l’unique livre à couvrir, je n’ai pas tellement hâte d’avoir mes 4 enfants au collège/lycée!

    Le lâcher de livre à la fin est juste génial!!

  10. En lisant les coms, je viens de voir la réponse à ma question sur « d’où viennent les gommettes pour les coins ? »
    Merci de t’être dévouée pour le tuto vidéo. J’aime beaucoup les applaudissement à la fin, parce que tu le mérites bien (Purée, qu’est ce que c’est pénible de couvrir ces Pµ%$# de bouquins).

  11. Alors là, morte de rire, parce qu’avec mes 4 loulous, on a bien ri hier lorsqu’il a fallu couvrir ces put***** de livres avec rabats !
    Dieu merci, mes 2 grands s’y sont collés cette année, ils ont fait ça super bien!
    J’avoue avoir bien amorti le 1/4 d’heure d’apprentissage intensif de couvrage de livres que je leur ai prodigué ! Pendant ce temps, j’ai pu écrire 366 fois mon nom, mon numéro de tél, mon adresse et le numéro de ma police d’assurance, sur des imprimés blancs, bleus ou roses… (C’est pas comme si je n’avais pas déjà donné toutes ces infos aux inscriptions en juillet !)
    Vive la rentrée !

  12. Chouette les coins auto-collants !! Moi je l’ai fait à l’ancienne, au scotch, heureusement, je n’ai eu que 3 livres, mais aucun entrainement au départ !
    Un petit truc, pour éviter que le plastoc bouge pendant les manips, j’utilise deux trombones, un sur chaque côté de la couverture, comme ça ça ne bouge pas 🙂 (mais j’avais pas de livre à rabas…)

  13. Eh ben cette année, j’ai initié mon deuz au ‘couvrage’ comme cela on s’est partagé les livres et comme l’an passé on a ignoré les rabats parce que l’année d’avant cela avait consommé trop de plastique !
    Mon prems a déclaré avoir tous ses livres chez son père, ouf !!!
    Et le dernier ne les a pas encore reçus…un peu de répit.
    Je confirme, les coins autocollants c’est bien pratique.
    Merci pour l’humour et l’humeur de tes billets.

  14. Je découvre les coins aussi, ça a l’air bien pratique! Mais un seul enfant en primaire, juste un livre à couvrir. Plus un livre pour le papa, qui retourne à l’école… Et au moins 10m de rouleau transparent d’avance, rapport au déménagement il y a deux ans 3 jours avant la rentrée, et pas moyen de retrouver les rouleaux dans les cartons…
    Pas grave, avec 4 enfants ça finira bien par servir (suis pas pressée : n°4 a 15 jours…).
    Bravo pour ce tuto, quand même. Parce que ces livres à rabats, ça a effectivement l’air super pénible!

  15. Couvrir les livres, moi j’avoue, j’aime bien ! Par contre, jamais encore été confrontée à cette race à rabats… Grâce à toi, si jamais j’en croise, même pas peur, j’ai vu le tuto tant attendu (çà tient du chasseur sachant chasser ce titre !).

    Bonne semaine !

    1. ce n’est qu’une fois dans l’année, en fait, mais bon…. je pense que si je n’aime pas ça c’est parce qu’en fait je n’aime pas la rentrée… et que ça va avec! bonne semaine !

  16. Ici c’est mon homme qui s’y colle 😉 C’est un pro !
    Cette année, je lui avais acheté le kit bon élève, avec les protèges coins, comme toi, et il a apprécié.
    Il a passé sa fin de dimanche à recouvrir une dizaine de livres, sans râler.

    La matin, j’avais fait un paquet cadeau. Truc pour lequel je suis nulle car c’est également le domaine de mon homme.

  17. Chez nous il n’y avait pas de livres à rabats (back in the 90’s),
    mais c’état papier kraft sur tous les les livres,
    il tient en place tout seul une fois plié, pratique, peu cher,
    et surtout, il m’offrait une surface sur laquelle dessiner quand je m’ennuyais en cours (je sais, c’est moche !).

    Les enfants sont trop petits pour le moment (2 mois et 2 ans), mais je pense qu’ils y auront droit !

    J

  18. bonjour !
    Je fais partie de la catégorie de ceux qui aiment recouvrir les livres, je m’offre même le luxe de recouvrir mes livres perso (ceux de cuisine, les dicos, les guides de voyage…) mais c’est vrai qu’en période de rentrée avec tout ce qui nous tombe dessus, c’est pas forcément la joie. Du coup j’apprends déjà à ma fille comment faire, et ses débuts sont prometteurs !!
    Bravo en tout cas pour le tuto parce que c’est vrai que ces livres à double rabats sont des casse-tête. Et pour finir un petit conseil pour ceux qui comme ma soeurette s’arrachent les cheveux, il faut choisir le plastique le plus rigide possible comma ça au moment du pli ça tient presque tout seul.
    Bonne rentrée à tous !

Leave a Comment to Nashii Cancel Reply

Robot or what? *