Ce petit et grand frère, resté tout petit…

La veille, je suis partie à la maternité, en fin d’après-midi.

Nous avons laissé nos 4 enfants avec leur grand-mère, Noé avait une gastro, il avait 21 mois. Maël, Coline et Basile avaient 7 ans, 5 ans et 3 ans.

J’étais enceinte de 25 semaines.

Depuis l’échographie morphologique, et l’amniocentèse, nous savions que BB5, était porteur de trisomie 21, et d’une malformation cérébrale. Il bougeait dans mon ventre, et depuis l’annonce, je ressentais chacun de ses mouvements comme un coup de poignard.

Quelques jours pour réfléchir, pour imaginer, pour se poser toutes les questions possibles, pour pleurer, pour choisir, pour espérer, pour essayer d’y croire encore, pour décider.

BB5 est né sans vie; il pesait 820 grammes. Il était beau. Il ressemblait à ses frères et soeur. Il était notre fils. Nous étions ses parents.

Ce 11 mars 2004, je me suis demandé comment je survivrais à une telle douleur.

Elise et Jonas sont nés 10 mois après BB5, la nature nous a fait un clin d’oeil magnifique en nous offrant ces 2 petits miracles. En naissant, ils ont mis à la lumière le trou béant laissé par BB5.

Depuis le 11 mars 2004, nous savons combien tenir un enfant vivant dans nos bras est un miracle, nous mesurons la chance que nous avons d’avoir nos 6 enfants avec nous.

Avoir 6 enfants vivants, et 7 en réalité.

Depuis 8 ans, je cherche à donner du sens à l’histoire de BB5, alors qu’elle est insensée. Et Petite Emilie m’y a aidée, par le soutien que j’y ai reçu et par l’engagement que j’y ai pris pour accompagner des parents, former des professionnels de santé, faire connaître le deuil périnatal, animer un groupe d’entraide, faire avancer les pouvoirs publics, communiquer, etc.

Aujourd’hui je laisse ma place de présidente pour d’autre projets à venir, et parce que je vais bien, très bien.

Pas un jour ne passe sans que je pense à BB5 et ça, c’est bien. Il fait partie de ma vie, il tient une vraie place, la place qui lui revient. Alors je me retourne, je regarde le chemin parcouru, et je me tourne vers l’avant et j’ai juste envie d’avancer.

Mais j’en ai pris pour perpétuité, et si cela me permet de ne pas oublier, alors je l’accepte.

C’était il y a 8 ans, aujourd’hui.

Il y a un an, l’équipe des Maternelles m’avait fait le cadeau de m’inviter sur le plateau lors de son émission sur l’IMG. Les Maternelles donne chaque année la parole à des parents endeuillés, avec beaucoup de talent, de douceur, de respect, de chaleur, alors merci!

En écrivant ce billet, je pense aussi à Mirabelle, Caroline, Sandra, Gwenaëlle, Andréa, Melina, Laure, Adeline, Séverine, Caroline, Julie, Armelle, Emilie, Peggy, Mathilde, Sophie, Manuella, Caroline, Estelle, Cécile, Valérie, Céline, Capucine, vous êtes des mamans, des mamans étoilées. Et je pense aussi à Lo et Jeanne, très fort.

http://www.petiteemilie.org/

http://association-Petite-emilie.donnerenligne.fr/ Ahh oui, ça c’est le geste indispensable pour que Petite Emilie puisse continuer à accompagner des familles, à éditer des outils, à organiser des formations dans les maternités et écoles de sages-femmes, à faire connaître l’association, etc.

 

 

21 Comments

  1. Je pense bien à vous. Respect pour tout ce chemin parcouru. Un bel espoir pour d’autres parents qui traversent une telle épreuve. Ton témoignage est très émouvant, donne envie de te serrer fort. Je t’embrasse.

    Merci Prissou 🙂

  2. C’est avec beaucoup d’émotion que je revois ces images, merci pour ce beau témoignage, pour ton engagement, et merci pour tes pensées !
    Je pense bien à toi, à BB5, et à toute ta jolie famille aujourd’hui.
    Je t’embrasse.

    Merci Adeline, que de chemin parcouru…

  3. La douleur de perdre un enfant est telle l’océan : ses vagues arrivent, parfois violentes. Elles cinglent et blessent, laissent des rougeurs sur la peau.
    Parfois plus douces elles ne font que caresser en laissant un voile humide à peine perceptible.
    Comme pour les marées, il y a des marées hautes, des marées basses, le ressac, la houle. Parfois tout tangue autour de soi. Parfois la mer est d’huile et on se laisse bercer par un doux clapotis, tout en se laissant lécher par le soleil.

    Je partage avec toi ce difficile mois de mars et quand il arrive, je me demande à chaque fois comment je vais traverser ce Cap Horn tout personnel. Et puis j’y arrive, parce que de toute façon je n’ai pas d’autre choix que d’y arriver.

    Tenir la barre et le cap.

    Je pense bien à vous 9 aujourd’hui.

    j’ai gardé le faire-part de Julie, il est « en surface » pour que je tombe dessus, souvent 🙂
    Mon océan ne subit que rarement de tempêtes maintenant, il est apaisé. Mais quand parfois la vague arrive, j’ai beau avoir les 2 pieds bien ancrés dans le sable, je ne résiste pas souvent à sa force…

  4. J’ai découvert votre blog il y a qq semaines, et je viens avec beaucoup de plaisir m’y émerveiller de tout l’amour qui s’en dégage… J’avais bien vu le lien vers « Petite Emilie », je m’étais dit « tiens, eux aussi… ». Et aujourd’hui, je découvre que pour vous aussi, c’est ce 11 mars qui est particulièrement particulier… Pour nous, c’était le 11 mars 2003, 28 SA, une MIU inexpliquée… et une grande, très grande découverte : l’amour donné, l’amour reçu, ne passera jamais !
    Merci à nos trésors de nous avoir révélé ce grand secret !

    Merci pour ton message, les 11 mars ont une saveur particulière, pour toi, pour moi. j’espère que tu as passé une journée sereine et douce…

  5. Merci pour ce billet si plein d’amour pour BB5 , ses frères et soeurs et son papa ..
    Bonne route , Cécile !

    Merci Christiane 😉

  6. Jeanne ce soir au coucher : « maman, si on pense très très fort à quelqu’un, il est présent dans notre petit cœur … ».
    Douces pensées à vous tous.

    Jeanne a trouvé là une jolie formule, criante de vérité, c’est très touchant 🙂

  7. Merci de nous confier ce joli post. Une petite étoile de plus qui s’allume chez nous. Nous penserons très fort à ce BB5 et à tous les autres petits partis trop vite… Il faudra un jour que nous discutions vraiment de tout cela, et j’espère très vite. J’essaie de m’organiser pour vendredi…

    oui, on en parlera avec plaisir, Prune, merci pour ton message 🙂

  8. Merci Cécile pour ton engagement, ta force au sein de PE…
    Merci d’être telle que tu es.
    Je t’embrasse fort et pense à BB5 sans qui nous ne nous serions jamais rencontrées…
    Mel

    Je savais qu’en pensant à toutes, j’en oublierais, et j’en suis désolée…
    Mel, premier soutien parmi les premiers, qui a été tellement là pour moi pendant la grossesse des Jum’s, je t’embrasse fort

  9. Bonjour Cécile,

    Violaine, votre cousine me parle souvent de vous et de votre vie incroyable en étant 8 à la maison. Et ce matin, après avoir déposé nos enfants, elle m’a dit simplement : « je ne sais pas si je dois t’en parler, mais ma cousine, a elle aussi subi une IMG et a fait partie d’une association Petite Emilie ».
    Gloups, après ma 1ère fille, j’ai eu moi aussi une petite Zoé-Marie, née sans vie, déclarée dans le livret de famille civil et catholique, c’était le 8 décembre 2003. Elle avait une malformation cardiaque.

    Comme tu le dis si justement, j’y pense très souvent, maintenant plus tous les jours, mais elle est là, elle fait partie de notre histoire.

    De mon côté, j’ai attendu pour retomber enceinte, et j’ai donné naissance le 4 décembre 2006, soit 3 ans après à une petite Emilie qui a été mon rayon de soleil. Elle l’est toujours d’ailleurs, comme mon aînée, mais j’ai appris à relativiser, pour ne pas lui faire porter tout le poids de ce bébé disparu.

    Je ne connaissais pas l’existence de cette association, et j’ai été réellement troublée ce matin quand Vio m’a donné le nom de l’association.

    ENcore bravo pour ta tribu nombreuse,

    Laure

    Bonjour laure,

    Et merci d’avoir laissé là ton témoignage… le temps passe et on n’oublie pas. Petite Emilie est née en 2003; début 2004, lorsque j’ai rejoint l’association, nous étions une trentaine, aujourd’hui nous sommes plus de 300 adhérents avec plusieurs centaines de messages laissés chaque jour sur le forum.
    J’espère que tu as pu trouver le soutien dont tu avais besoin pour avancer, et Emilie a dû vous aider à vous réconcilier avec la vie. Etre parent cela signifie pour la plupart avoir un enfant dans ses bras, même si pour nous, cela veut aussi dire avoir un enfant qui nous manque.
    Embrasse Violaine, et merci à elle d’avoir pensé à te parler de PE

  10. Une pensée pour BB5 qui a changé vos vies et qui nous a permis de nous rencontrer toutes les 2 il y a 5 ans maintenant, sur le 1er plateau des Maternelles…
    Notre rencontre reste un beau souvenir pour moi ! Ta force à ce moment là m’a reboosté !! Merci pour tout ce que tu as fait et ce que tu fais encore.
    Je t’embrasse et j’envoie de tendres baisers vers le ciel pour BB5, mon Théo et tous les autres petits anges…
    Julie

    Sympa de te voir par ici Julie 🙂 Tu as raison, ce premier plateau avait été magnifique, avec ton gros ventre! prends soin de toi!

  11. L’année dernière j’étais et je n’avais pas pu lire ton post .. Je traversais un tsunami aussi puisque mon Pablo était opéré d’une tumeur au cerveau .. Je n’ai pas perdu d’enfant mais je sais et connais la douleur d’un enfant malade. Je suis contente d’avoir trouve la force de lire ton billet et je te remercie

  12. Merci pour ce témoignage… Je suis moi-même maman d’une grande Aliénor et d’une toute petite Augustine partie trop tôt… Malheureusement pour moi, je suis belge et elle était trop petite pour être dans notre livret de mariage et elle n’existe que pour moi… Un an et demi que j’ai dû m’en séparer et ça reste douloureux, une blessure pour toujours dans le coeur. La nature n’est pas très généreuse avec moi car depuis, ce ne sont que des fausses couches. Je suis sûre qu’un jour j’aurais à nouveau un petit qui m’aidera à me dire que la vie est quand même belle. Même si elle l’est déjà car j’ai une super grande fille !
    Le 11 mars vient de passer, pensée à vous !

Leave a Comment

Robot or what? *