Un brin de bonheur #10dumois

C’est parce que je participe au projet #10dumois que ce billet est là, aujourd’hui. Parce qu’on est le 10 du mois et que j’aime l’exercice imposé… auquel je peux déroger (merci Avril)

Je ne suis pas du genre à voir systématiquement le verre à moitié vide, je suis plutôt du genre inverse, parfois à l’extrême: relativiser, rationaliser, tourner en dérision, trouver la dose d’humour nécessaire pour avaler la pilule plus facilement, me dire qu’il y a toujours pire ailleurs, que « demain est un autre jour », que « la nuit porte conseil », « qui dort dîne » et « comme on fait son lit on se couche ».

La totale pour que la charge soit un peu moins lourde à porter, le poids des responsabilités un peu moins pesant sur mes cervicales et mes lombaires.

Ah oui, ma préférée, c’est qu’ « il en faut peu pour être heureux ».

Alors le soir, quand je me couche (oui c’est le meilleur moment de la journée, tous les jours) je ne m’endors pas sans avoir réfléchi non pas au brin de bonheur de la journée, mais aux 3 brins de bonheur. Ces trois trucs qui forcément sont arrivés dans la journée et qui ont rendu la journée plus belle, plus douce, plus heureuse, plus riche, plus drôle, plus soft.

C’est un exercice plus facile certains jours que d’autres… Mais à force de le faire, ce n’est pas un brin, 2 brins, 3 brins mais un bouquet que je m’offre.

Chaque jour.

Et il faut bien un verre à moitié plein pour poser ce bouquet quotidien.

Vie de reste ou reste de vie… de gratin

Moi je suis le reste de gratin de courgettes, j’ai cru avoir eu du bol: j’ai survécu à la razzia qui a été faite sur le reste du plat mardi dernier. Pourtant la recette est exceptionnelle!

Mardi dernier?

Oui mardi dernier… On m’a mis en boite, une boîte un peu vieille, avec un couvercle plutôt hermétique et opaque. Une boîte une portion. On m’a rangé dans le fridge, en tête de gondole, comprenez, devant, pour qu’on me voie dès qu’on ouvre la porte.

Mercredi, j’ai été décalé vers la gauche à cause d’un paquet de tranches de jambon et d’une boîte de lardons prévue la quiche du soir. Finalement c’était soupe chinoise et il en restait un bol qui en arrivant m’a repoussé vers le fond.

Jeudi, quand l’un des ado-rables affamé a ouvert la porte, j’aurais aimé qu’il me voie, qu’il me réchauffe au micro-ondes, 6°c depuis 48 heures, difficile de tenir. J’étais même prêt à me faire recouvrir de ketchup et de râpé pour cacher mon goût de courgettes, j’étais prêt à un mélange avec des pâtes.

L’ado-rable n’avait pas le temps, il s’est fait un sandwich et m’a même recouvert du paquet entamé de tranches de jambon. Il a dû penser que je risquais d’attraper froid ou de dégager des odeurs.

Le bol de soupe chinoise a eu plus de chance que moi. Le soir, vers 22h30, il a fait l’affaire de l’ado-rable et de son petit creux du soir.

Vendredi j’y ai cru quand j’ai vu le sac de courses arriver. J’allais être remise au premier plan. J’ai reconnu la main de Mam’s. Elle a touché ma boîte, elle l’a reniflée et a estimé qu’elle pouvait prolonger mon espérance de vie. Sauf que pour caser le fromage, le kilo de tomates, les escalopes de dinde et la barquette de viande hachée j’ai touché le fond, là où c’est glacial. Au moins je ne bougerais plus.

Samedi, personne n’a ouvert la porte du fridge, sauf pour de l’eau, du lait. Bref, il n’y avait personne à la maison. J’avoue que je me suis senti de plus en plus mal, ratatiné dans ma boîte. J’ai manifesté mon ennui en lâchant un liquide au fond de ma boîte. Comme un torrent de tristesse. Une forme de dépression…

Dimanche, la viande hachée et les tomates se sont retrouvées en sauce bolo, la dinde en sauté au curry. J’ai essayé d’expliquer à la boîte de sauce bolo qui m’a rejointe qu’elle aurait dû insister pour être consommée dès sa cuisson, mais elle m’a regardé avec un air pédant sous son couvercle rose. Elle sait, elle, que l’ado qui passe déjeuner en coup de vent le lendemain lui réglera son sort. Jamais plus de 24h pour la sauce bolo de Mam’s.

Lundi je commençais à nager dans un bain verdâtre et. Quelqu’un m’a vu et a probablement cru trouver là son déjeuner. Je ne dirai pas qui c’est mais quand il a ouvert le couvercle j’ai vu ses narines se déformer, sa bouche se fermer, son coeur s’arrêter ralentir. Cela a duré un instant. il a refermé le couvercle et m’a remis à ma place. Délicatement pour ne pas que je me renverse.

Mardi. Je suis toujours là, j’ai accueilli un certain nombre de bactéries qui s’ébattent dans ma boîte. J’ai été un délicieux gratin de courgettes. J’en témoigne aujourd’hui parce que je pense que lorsqu’on me retrouvera et qu’on me jettera dans le compost, on ne ne souviendra plus qui j’étais…

Vu le dernier sac que Mam’s a rangé dans le fridge, je suis prêt à prendre les paris que je laisserai ma place à une portion de gratin de chou-fleur.

 

Amour du jour

Ce matin, j’ai relu des billets que j’ai écrits sur le blog. Certains avaient glissé sur le clavier sans qu’ils aient vraiment été réfléchis avant. D’autres que j’avais travaillés, mûris, écrits et repensés avant de les publier.

Ces billets qui traduisent des émotions, des sentiments, des humeurs, des situations vécues, des réflexions que m’inspire notre vie de tous les jours. En y mettant un peu d’humour, parfois. Souvent. Parce que l’humour, c’est ce qui permet de mettre le couvercle sur plein d’autres émotions ressenties.

Et dans ces émotions, il y a l’amour. Celui que je ne nomme pas souvent, parce que ça fait gnangnan et compagnie, un peu sirupeux et bisounours tout. Surtout quand on est formaté depuis longtemps à vivre ses émotions avec un peu de retenue plutôt qu’en les exprimant. N’empêche que depuis que je suis mère, vu ce que je suis amenée à vivre pendant cette période où les enfants sont à la maison, autant appeler un chat un chat: il faut une sacrée dose d’amour pour que ça passe parfois. Tout ce qu’on n’accepterait pas au 1/10ème si cela venait de quelqu’un pour qui on n’a pas d’amour.

Alors oui je déborde d’amour pour chacun d’entre eux. C’est mielleux, c’est sucré, c’est vraiment doux. C’est surdosé, c’est dépassé, mais ça me galvanise, chaque jour.

Et aujourd’hui encore plus pour Basile pour qui j’avais écrit ce billet il y a un an jour pour jour et que je pourrais écrire à nouveau aujourd’hui, avec autant d’amour.

 

Billet écrit dans le cadre de ma participation au projet #10dumois « parlez-moi d’amour »… Et la Saint-Valentin me laisse sèche!

 

 

Bonne et heureuse année #10dumois

La semaine dernière, j’ai cliqué.

Je me suis dit que c’était une bonne idée de participer au projet #10dumois d’Egalimère. Un peu comme une résolution de début d’année.

Un billet par mois sur un sujet imposé et partagé, qui paraîtra le 10 du mois, sur plusieurs blogs à la fois. Une sorte de RV qu’on se donnera. 

Une résolution, la seule pour 2017. Les autres sont inavouables, soit parce que je ne les tiens déjà pas, soit parce qu’elles sont juste… inavouables, des défis persos très persos. Des ambitions un peu démesurées qui feraient pousser des ohhh et des ahhhh. Donc je les garde pour moi.

Alors, un peu égoïstement, j’ai envie de souhaiter une bonne et heureuse année à ce blog. C’est un peu un refuge, une mémoire, un journal pas intime du tout mais un peu quand même, un salon de thé ou une salle d’attente, un memorial ou une scène de cabaret. J’ai 50 sujets de billets en brouillon, et je manque cruellement de temps pour aller au bout des choses. 6 Kids, aussi merveilleux et ado-rables qu’ils soient et un job vraiment sympa, le tout à plein temps. C’est riche et ça mériterait d’être davantage partagé. 

Rendez-vous donc tous les #10dumois, et plus si affinités!

Bonne et heureuse année à chacun d’entre vous, qui passez, qui lisez, qui commentez, qui restez. J’aime les échanges que j’ai avec vous par mail, j’aime vous rencontrer, j’aime vous lire. On va continuer!

Et la santé, hein?

 

Jo et ses shoes imperméabilisées (avec Tuto)

Dans sa courte vie, Jonas n’a dû faire d’opération shopping avec moi que 3 fois. Parce que le shopping est à des années-lumière de ses préoccupations quotidiennes, mensuelles… allez, disons même annuelles. A son avantage, il a un gabarit parfaitement standard, vit avec 4 tee-shirts, 2 pantalons et 2 pulls. S’il en a davantage dans son armoire il est un peu perdu.

Sa seule consommation: des chaussettes qu’il porte maintenant dépareillées, spécialiste des chaussettes orphelines. Partager son temps entre 2 maisons ne facilite pas le rapprochement de chaussettes.

La dernière fois que j’ai acheté une paire de chaussures à Jo, il aurait pu dormir avec. Il a arpenté la maison sur des kilomètres, se regardant marcher, montant et descendant l’escalier bruyamment, toquant aux portes des frères et soeur pour exhiber ses pieds.

Cette fois-ci il a fait différent. Fier comme tout, il m’a dit qu’il voulait garder ses baskets en toile le plus longtemps possible et que la meilleure solution c’était de les imperméabiliser. J’ai donc laissé faire, observé, arrêté de respirer, retenu des Ohhh et des Ahhh paniqués.

Et puis, quand, j’ai vu le résultat, j’ai décidé que faire un tuto sur le blog était un hommage à lui rendre.

Voilà les chaussures, presque juste sorties de leur sac (en fait pas du tout, j’ai fait la photo hier)

Etape 1: trouver une bougie blanche. Les bougies de photophores sont idéales (éviter la version parfumée) et installer les chaussures sur un plateau. Jonas a choisi la version « je m’installe sur le canapé du salon », j’aurais préconisé plutôt la table de la cuisine. Bref.

Etape 2: Frotter les chaussures avec la bougie. Couvrir toute la toile. J’avoue que ma confiance dans les expériences menées par Jonas en physique ou en chimie est parfois relative.

Sur ce coup-là, j’avais le souffle court en imaginant que l’espérance de vie des chaussures prenait du plomb dans l’aile. Mais bon, le petit côté vintage était sympa quand même.

Etape 3: Trouver une source de chaleur. Jonas a proposé qu’on aille à la source de chaleur la plus directe en cette saison: la gazinière. Moi j’ai pensé « Adieu lacets », poignets de chemise, et Bonjour les brûlures ». Que nenni, il a géré. Le but de la manoeuvre est de faire fonde la cire dont les chaussures sont enduites, et qu’elle pénètre la toile des chaussures. J’ai aussi pensé que les chaussures deviendraient totalement rigides mais non. Nenni again.

Etape 4: Tester la manoeuvre. Au-dessus de l’évier, directement sous le robinet. Pourquoi s’embêter à tester avec une petite quantité d’eau qui ferait penser à une petite averse de pluie, quand on peut tester avec le volume d’eau d’un orage de printemps? Je reconnais que le résultat est bluffant, l’eau déperle sur la chaussures, et Jo est si fier!

Hair

via GIPHY

Dans la vie des ado-rables il y a quelques sujets prioritaires.

Leur vie alimentaire. Partant du constat qu’ils ont toujours faim, tous les sujets de conversations qui traitent  de « qu’est-ce qu’on mange », « quand est-ce qu’on mange », « est-ce qu’il en reste » sont fréquents. Récurrents. Obsédants. Tout le temps.

Leur vie scolaire et étudiante. C’est quand même ce qui les occupe le plus clair de leur temps. Les cours, les devoirs, les évals, les copains, les profs, les emplois du temps. Et les notes aussi.

Leur vie extrascolaire: le sport, les scouts, les vacances, les amis, la famille, les soirées, les compétitions, les entraînements, les sorties.

Mais dans les sujets prioritaires dans la vie des ado-rables il y a…

Leur vie capillaire. Sujet intarissable et récurrent, qui laisse la place à des expériences étonnantes.

La vie capillaire des enfants, c’est assez facile. On parle de longueur de cheveux, tondeuse ou ciseaux, nattes ou queue de cheval. Et on parle de poux aussi. Assy2000 et huile d’olive, et pas mal de gros mots pour insulter ces pétasses de bestioles et tous les parents qui ne traitent pas les têtes de leurs enfants.

La vie capillaire des préados ça se complique un peu: gel ou cire, houpette ou pas, mèche devant l’oeil et le petit mouvement de tête qui se répète 79 fois par jour pour dégager la mèche du visage. On teste les cheveux plus longs, on se rebelle un peu pour ne pas aller chez le coiffeur. Ici c’est plus simple on ne va pas chez le coiffeur, c’est du home made.

Cela fait 20 ans que les économies réalisées sur les coupes de cheveux des enfants me permettent d’aller chez le coiffeur, moi, 4 fois par an. Je n’ai jamais testé la coiffeuse à domicile. Celle qui viendrait avec son bac à shampoing et sa mallette d’outils et enchaînerait 5, 6 ou 7 coupes.

Je pense pouvoir dire que Maël bat tous les records en terme de tentatives capillaires, et grâce à lui, la voie est ouverte pour ses frères et soeurs pour des tests en tous genres de longueurs et de couleur, sans que cela ne provoque aucun choc cardiaque chez moi.

Comme on dit dans ma famille depuis plusieurs générations: « il faut bien que jeunesse se passe… »

Il y a pourtant un seul lieu où les enfants ignorent totalement leurs cheveux, c’est dans le siphon de la douche, et ça c’est pour ma pomme (de douche)

 

Quand on parle de budget alimentaire… et de mon ami Excel

20161025_193651

Le 12 octobre dernier, la page Facebook du blog a bien failli exploser. Sans parler ni allaitement, ni fessée, ces sujets qui font du bien au claviers des mères qui ont souvent toutes un avis, le leur, sur le sujet.

La question que j’ai posée était beaucoup moins glamour:

Avec toutes vos réponses, j’ai commencé à constituer un fichier Excel, j’ai fait des répartitions selon la taille des familles que vous m’indiquiez, ou pas toujours, fait des sommes et des divisions, mis des caractères gras, des bordures simples et des bordures doubles. Le tout pour essayer de me faire une idée du budget moyen des familles qui s’étaient exprimées, on est loin d’un sondage national mais je pense que ça a une vraie valeur!

20161025_193729

Et…. aujourd’hui, sous les applaudissements du jury, en voulant écrire ce billet, j’ai donc constaté que je n’avais pas enregistré ce fichier, et qu’à la question sympa d’Excel qui me proposait gentiment de réouvrir les fichiers fermés sans enregistrement, j’avais consciencieusement répondu « non ».

Je me rattrape donc aujourd’hui en publiant un sondage sous WordPress. Et ça permettra à mes copines qui n’ont pas Facebook d’y répondre aussi.

Il y a 2 questions, et j’espère que j’arriverai à exploiter les résultats. On verra bien 🙂

Allez, y’a plus qu’à!

 

L’humour, c’est pas toujours drôle

645_001De façon générale, je suis plutôt bon public, je me marre assez facilement de blagues plutôt vaseuses, je comprends assez facilement les blagues 2nd degré. Enfin pas toutes. Parfois il faut qu’on m’explique. Ce qui me fait le plus marrer c’est quand les enfants ne se souviennent plus de la chute de l’histoire. Et les meilleures, à mon sens, y’a pas à dire, ce sont les blagues pipiKKprout.

Puisqu’il faut rire au moins 5 minutes par jour pour être en forme, j’ai eu 6 enfants (OK le raccourci est un peu rapide). Mais à l’époque, Nicolas Canteloup n’exerçait pas.

L’humour vu par les ados-rables, ça n’est pas toujours drôle. Et entre ce qui les fait rire grassement dans la cour du Collège ou du Lycée et ce qui me fait rire, il y parfois un fosssé, que dis-je une faille terrestre. A la maison, ils peuvent – presque – tout dire et tout raconter et parfois mon ohhhhh ou mon ahhhhh ou mes mains qui bouchent mes oreilles suffisent pour qu’ils comprennent l’impact de la blague.

Et parfois je mets ma casquette éducativo-pédagogico-Mam’s. Parce que les blagues sur les juifs, les gros, les arabes, les roux, les noirs, etc. ils les testent à la maison comme les autres. Ou les blagues sur les bébés morts. 

Ils savent. Ils savent . Mais parfois ils oublient et se laissent emporter. Et c’est bien qu’ils puissent tester leurs blagues à la maison. Provoquer un fou rire ou un grand vide. Choquer ou être incompris. Rater la chute ou couper l’appétit. Parce qu’on est à la maison. Et je suis sûre qu’ils ne me les resservent pas toutes. Tant mieux. Et que certaines blagues ne ressortiront pas de la maison vivantes.

L’humour des aînés devient plus subtil, plus recherché. Ils ont la répartie plus assurée, plus spontanée, le jeu de mot plus naturel, et moins de susceptibilité quand ils en sont les cibles.

bref, l’humour, ça ne se décrète pas, ça s’apprend, comme le reste.

Allez, un blagounette en commentaire, je suis bon public!

 

Hier, j’ai vu Demain et aujourd’hui c’est parti!

Hier j’ai revu le film Demain et aujourd’hui, c’est parti.

Hier la lapine avait un clapier, et aujourd’hui le clapier s’est transformé en compost. La mairie de ma commune avait lancé une opération « Votre Compost pour 20 euros » et j’ m’étais inscrite il y a… au moins 6 mois. Résultat de l’opération, je dois, pour bénéficier de l’opération, assister à une formation d’une heure sur l’utilisation du compost, un jour de semaine, à une heure où je suis sensée travailler. 

Je suis motivée, mais pas suffisamment pour poser 1/2 journée de congé. Alors j’ai laissé traîner, et on alimentait régulièrement le compost du voisin, lequel compost n’est qu’un empilage de déchets de jardin, non utilisés.

Hier j’ai vu Demain. Cet après-midi j’ai regardé les prix des composts dans les boutiques de bricolage. 30 euros à 400 euros. Mazette. Alors tant qu’à faire, autant recycler. Le clapier de la lapine est un ouvrage familial à base de clous, de planches et de grillage, de charnières et d’huile de coude. 

20160925_174522

Le jardin étant clos maintenant, la lapine ne va plus dans son clapier. Mais sa litière ira dans le compost. Une histoire de vases communicants.

1/2 clapier, quelques clous et planches et hop, le compost est en place. Noé est un ouvrier efficace. Dans la foulée, j’ai transformé un espace de mon jardin en futur potager. J’y vois déjà les tomates, courgettes, salades et autres légumes qui y pousseront l’été prochain. J’ai retourné la terre, viré les cailloux, arraché quelque racines.

20160925_174502

J’ai déjà de la menthe pour les mojitos!

20160925_174921

Les enfants sont convaincus, y’a plus qu’à.

Vivement demain.