#5 Mes lectures L’arbre qui chante Bernard Clavel

51YBRDDEYEL._

Parfois, les auteurs des petits se mettent à écrire pour les grands. Et parfois, les auteurs des grands écrivent pour les petits.

Bernard Clavel, je le connaissais pour Harricana, Malataverne, Amarok, L’angélus du Soir ou Miserere. Des ouvrages dans laquelle la nature est tellement bien racontée qu’elle en est absolument splendide même quand elle est dure. Les personnages ont des caractères tellement bien tracés qu’on a l’impression de les avoir toujours connus.

J’ai lu aux enfants L’arbre qui chante de Bernard Clavel. Et j’ai découvert que Bernard Clavel avait écrit des contes et des poèmes pour les enfants.

Celui-ci raconte l’histoire de la rencontre de 2 enfants avec Monsieur Vincendon, autour d’un érable qui ne bourgeonne plus. Monsieur Vincendon a un secret, il fait chanter les arbres. C’est poétique, c’est magnifiquement écrit, c’est émouvant, la fin est jolie, et si parfois j’ai l’habitude de lire  quelques chapitres et d’en garder d’autres pour le lendemain, je n’ai pas pu m’arrêter, et les enfants étaient vraiment dedans.

C’est rare d’avoir la chair de poule en lisant un conte pour enfants, non?

#4 Mes lectures Les dieux voyagent toujours incognito Laurent Gounelle

C’est un hasard. Le dernier livre que j’avais lu sur lequel je vous avais fait un billet avait aussi pour héros Alan.

Je ne vous parle que des livres qui m’ont fait du bien. Et celui-là en fait partie. J’avais déjà lu L’homme qui voulait être heureux il y a 2 ans, avant que ce blog existe. Et il m’avait aussi beaucoup touché.

511MZ+34c0L._

Alan est alpagué alors qu’il va sauter de la Tour Eiffel pour mettre fin à ses jours par un homme qui va lui sauver la vie, en échange de quoi il devra faire tout ce qu’il lui demande. Il va du coup être amené à réaliser des défis dont il s’estimait incapable, et trouver un sens à sa vie, tout en cherchant à découvrir qui est ce mentor qui s’est imposé dans sa vie. Ce livre parle de liberté, de barrières qui entravent nos existences et nous empêchent de changer de vie. C’est bien écrit, c’est drôle, c’est émouvant, ça ressemble parfois à un polar.

Et vous, quel livre vous a fait du bien cet été?

#3 Mes lectures – Le magasin des suicides – Jean Teulé

Ohh j’ai adoré cette farce, je me suis marrée d’un bout à l’autre, j’ai aimé chacun des personnages, même Mishima mais surtout Alan. Je détesterais que ce magasin existe, et j’aurais aimé que l’auteur situe un peu plus le magasin dans un environnement. J’ai trouvé la situation super originale, je me suis laissée embarquer dans le loufoque et l’humour, j’ai passé un vrai bon moment.

Et apparemment Patrice Leconte en fait son premier film d’animation, qui va d’ici quelques jours sortir sur les écrans. J’ira le voir, sûrement.

#2 Mes lectures – Le coeur d’une autre – Tatiana de Rosnay

Vous connaissez sûrement Tatiana de Rosnay, elle a écrit « Elle s’appelait Sarah » qui est sorti au cinéma avec kristine Scott-Thomas dans le rôle principal. J’avais préféré le livre au film. D’ailleurs je pense qu’il faut toujours mieux lire le livre qui donne envie de voir le film, alors que l’inverse n’est pas toujours vrai, et les livres sont souvent plus riches.

Du coup j’ai eu envie d’en lire d’autres. Dimanche, j’ai lu « Le coeur d’une autre ». En 2 heures.

L’histoire d’un type qui apprend à vivre avec un nouveau coeur, suite à une transplantation cardiaque. Le coeur d’une femme. Un vrai roman qu’on ne lâche pas, une totale fiction qui pose quand même la question de savoir le coeur d’une autre a de l’influence sur le cerveau, les émotions, s’il est possible de partager les aspirations, les goûts de la personne dont il provient.

Et surtout, un roman qui m’a donné envie d’aller directement cliquer  et de demander une carte de donneur d’organes, qui remplacera le papier bien chiffonné qui traine dans mon portefeuille.

A lire, en attendant que je vous parle des autres romans que j’ai lus de Tatiana de Rosnay.

#1 Mes lectures – La Chute des Géants – Ken Follett (environ 11 euros)

C’est un pavé de 1000 pages, celui dont on se souvient si on l’a oublié dans son sac à main le matin tellement le sac semble léger. Un vrai Ken Follett comme on les aime, genre les Piliers de la Terre en version un peu plus moderne. Des destins qui se croisent, se ratent, s’aiment, se détestent, s’enfuient, se trahissent, se retrouvent.

Ici, on est en 14-18 et on va traverser toute la période de l’avant-guerre à l’armistice, de l’Ecosse à la Russie, de l’Allemagne à la France, des Etats-Unis à l’Angleterre. De la vie des mineurs de Cardiff envoyés sur le front en France aux ouvriers russes qui renversent le tsar, de l’aristocrate anglaise qui défend les droits des femmes au conseiller du président américain, les héros ont un sacré tempérament. Un petit cours d’histoire bien romancé pour pas cher, des descriptions des combats dans les tranchées pour ne pas oublier nos poilus, le tout bien rythmé.

A lire, un vrai bon roman pour l’été.

Il paraît qu’un tome 2 est à venir en livre de poche!