Les enfants testent des cours privés en ligne! (*)

logo

A la maison, je suis 6 programmes scolaires simultanément.

Terminale S, Première S, 3ème, 5ème, CM2 et CM1. Les enfants sont tous scolarisés dans le public, depuis toujours, et ça me va bien comme ça. J’essaie de leur apporter l’encadrement nécessaire pour qu’ils bossent au niveau des attentes de leurs profs, et ça passe. Ils sont plutôt autonomes, certains plus que d’autres, et ils ont plutôt des facilités, dans certaines matières plus que dans d’autres. Et puis ça dépend des jours.

Mes enfants montrent, en grandissant, une appétence certaine pour les matières scientifiques. Pas une appétence totale. Mais certaine. C’est comme ça, mais évidemment ça limite ma capacité à les aider, parce que ça devient de plus en plus obscur pour moi. Alors que me reste-t’il?

La méthodologie. Leur donner des pistes pour apprendre mieux, comprendre un peu plus. Travailler avec des copains, aller en cours de soutien quand c’est proposé, refaire systématiquement les contrôles, etc.

Ces dernières semaines, 3 des enfants ont testé un nouveau service qui s’appelle Wakiris. Wakiris, c’est une plateforme qui propose des cours en ligne, surtout orientés collège et lycée, dans toutes les matières, c’est bluffant.

accueil

Le principe est super simple

On s’inscrit, on achète des crédits: 1 crédit = 1 euro.

Après on choisit la matière du cours souhaité, le niveau, et la liste de profs avec photos et appréciations des élèves précédents s’affiche.

Le prix des cours est variable selon le niveau. Pour 1 heure de maths, niveau lycée, cela coûte 30 euros. 1/2 heure d’Espagnol niveau collège, c’est 12 euros.

Il suffit de sélectionner le professeur, son emploi du temps s’affiche, on choisit son créneau (horaire et et durée du cours de 30 ou 60 minutes) et on réserve, avec un petit message de commentaire pour préciser les attentes, ça aide le prof à s’adapter, et l’enfant à préciser ce dont il a vraiment besoin.

agenda

La mécanique qui s’active derrière est très efficace: message de validation du cours par le prof, avec toujours un petit message personnel demandant des précisions sur le contenu, les livres utilisés en classe, le sujet traité en ce moment.

message

Comme je suis un peu tordue, et un peu désorganisée parfois, j’ai testé, non intentionnellement, la souplesse du site: annuler un cours en dernière minute, changer de prof, reprogrammer, échanger. C’est puissant! Je me suis dit que Wakiris réussissait à être aussi réactif que si notre communication se faisait par téléphone. Vraiment sympa.

Les professeurs que les enfants ont choisis (en maths, physique, SVT, Anglais et Espagnol) sont tous des professeurs qui exercent en Lycée, Collège ou dans l’enseignement supérieur. Donc ils connaissent les programmes, les livres, et sont donc efficaces immédiatement.

Le déroulement du cours? Au moment où le cours démarre, un écran s’affiche pour se connecter et permet au professeur et à l’élève de se mettre en communication avec 3 outils simultanés: la conversation audio (avec un casque). Le partage d’écran du professeur, visible par l’élève pour lui montrer des shémas, des libellés d’exercices ou autres. Un écran de saisie sur lequel l’élève peut écrire, faire des schémas. Cet écran est vu par le professeur.

Au bout du temps imparti pour le cours, tout s’arrête.

Mes enfants ont trouvé les outils hyper puissants. Evidemment ils n’ont aucune appréhension de ces outils, du fait de suivre un cours en ligne, à distance etc. Ils sont à l’aise avec ça, parce que c’est leur moyen de communiquer aujourd’hui. Et ils ont bien aimé le fait de suivre le cours de la maison, sans avoir à se déplacer. C’est sans contrainte pour eux, et ça a un côté rassurant.

Bon, le seul truc, c’est que c’est vite addictif je pense… Mais c’est rassurant pour moi de savoir qu’il existe un service permettant d’aider les enfants rapidement, de façon très efficace, et avec des outils qui leur conviennent vraiment.

Typiquement, quesques jours avant un contrôle de maths en 1ère S, ce n’est pas qu’un luxe que d’offrir à son enfant une petite séance de révision bien ciblée, qui met en confiance, qui oriente bien les révisions, valide les incompréhensions. Là où moi, je suis bien impuissante à le faire.

Wakiris, c’est vraiment une belle découverte, et quand je pense à tous les parents qui comme moi se sentent un peu niais devant un cours sur la relativité du temps, la génétique ou les variations de fonction, je me dis que la solution existe pour que les enfants ne restent pas dans la panade.

(*) Artcile sponsorisé, mais écrit avec mes mots, juste mes mots!

Il a été le premier

maelswagg

Il a été le premier à bouger dans mon ventre

Il a été le premier à croiser mon regard

Il a été le premier à me faire découvrir la blancheur consécutives des nuits

Il a été le premier à faire de la salle d’attente du médecin l’annexe de mon salon

Il a été le premier à faire le papillon pour mettre son manteau

Il a été le premier à enlever les petites roues de son vélo

Il a été le premier à écrire son prénom en lettres bâton

Il a été le premier à inventer des mondes Playmobil et Lego

Il a été le premier à se lover contre moi pour l’histoire du soir

Il a été le premier à apprendre ses tables de multiplication

Il a été le premier à écrire une rédaction

Il a été le premier à s’émerveiller devant le sapin de Noël

Il a été le premier à aller à l’école tout seul

Il a été le premier à accueillir l’arrivée d’un bébé à la maison

Il a été le premier à franchir l’entrée de la primaire, puis du Collège, puis du Lycée

Il a été le premier à partir en vacances sans moi

Il a été le premier à m’écrire des lettres

Il a été le premier à entrer dans l’adolescence

Il est le premier à atteindre la majorité.

Demain il ne sera plus tout à fait le même qu’aujourd’hui sans pour autant vraiment être différent d’hier.

Il restera toujours le premier.

Je lui souhaite d’être celui qu’il a envie de devenir, et pas celui que d’autres voudraient qu’il soit. Juste lui-même.

Bon anniversaire Maël!

Apprivoiser l’échec

IMG_6250

Quand on a 17 ans, on a juste l’âge de l’insouciance, une insouciance un peu plus raisonnable que celle des 16 ans. Mais encore l’insouciance. Et c’est plutôt rare (et heureusement) qu’à 17 ans, on se soit pris de vrais skuds. Des skuds qui mettent à terre et changent la trajectoire d’un caractère ou d’une personnalité.

A 17 ans, c’est rare qu’on ait subi des échecs.

Maël rentrera à nouveau en terminale en septembre. Ce n’est évidemment pas le sujet de ce billet de vous expliquer le pourquoi du comment. C’est son histoire, et du coup un peu la mienne, et elle est unique. C’est comme ça.

Mais c’est son premier échec. Celui qui permet à l’adolescent de se sentir un peu moins invulnérable.

Souvent l’échec provoque la culpabilité. A coups de je n’ai pas dit, je n’ai pas fait, je n’ai pas su, j’aurais pu. A coups parfois aussi de je suis nul, je suis moins bon que, et un peu de Calimero.

Qu’est-ce que ça veut dire apprivoiser l’échec? Finalement c’est un peu comme un deuil, et tout le monde connait la courbe du deuil: choc, déni, colère, peur, tristesse, acceptation, pardon, quête de sens et sérénité.

Ok c’est la version rapide, et Google est votre amis pour en savoir plus.

Apprivoiser l’échec c’est traverser avec lui toutes ces étapes, à son rythme, avec quelques aller-retours. En l’assurant que chacune de ses réactions sont normales, en l’autorisant à vivre pleinement chacune, avec moi. Parce qu’avec les copains, ce n’est pas si simple, il y a d’autres éléments qui rentrent en jeu, d’autres enjeux, d’autres liens, d’autres barrières.  Avec moi, la plupart des barrières sont tombées.

J’ai assez rapidement demandé à Maël de réfléchir à tout ce que lui apporterait cette nouvelle terminale, plutôt que de s’enfermer dans les regrets de ce que ne lui apporterait pas l’an prochain. Pour qu’il prépare son plan d’attaque. Parce qu’il est bourré de talents, et qu’il a plein de rêves à réaliser.

Apprivoiser l’échec, et accompagner Maël, c’est aussi m’assurer que la réussite et la poursuite de ses rêves seront les siennes, et juste les siennes. Pour qu’il en garde tout le bénéfice, et qu’il ne soit redevable à personne, et surtout pas à moi.

NLDR: Billet relu et publié avec l’accord de Maël.

Ce soir, j’ai joué à Mario Kart Wiiiiiiiiiiiii

Ils m’ont filé une manette, pour que je joue avec eux. 

Pour que je perde, en fait, et qu’ils puissent gagner.

Ils m’ont fait choisir un personnage hyper costaud, avec un véhicule hyper lourd. Histoire que je traîne encore plus.

Ils ont pris des volants et m’ont laissé une manette, j’ai mis un moment à comprendre dans quel sens il fallait la tenir. Un volant c’est rond, alors conduire un véhicule avec une manette horizontale, ce n’est pas super intuitif. Pour moi.

Après ils ont choisi des circuits hyper durs. Avec de l’eau. Du sable. Des coins bien sombres avec des intrus qui te tombent dessus ou bloquent le passage. Il parait que c’est le jeu. Moi j’étais 12ème à chaque course. 12ème, sur 12. Je crois que j’ai rapporté 3 points à notre équipe, sur 4 courses.

A la 5ème course, j’ai commencé à maîtriser le jeu. La manette. Le sens du circuit. J’étais trop fière. J’étais même en 4ème position. A la fin du 1er tour. L’extase totale.

Alors j’ai décidé de me concentrer. Seule avec moi-même. De faire abstraction de l’environnement. Pour rapporter des points à mon équipe. Sans penser aux dégâts collatéraux possibles liés à mes mouvements. La prochaine fois, je resterai 12ème. C’est moins dangereux.

20140619_215818

20140619_215756

L’invasion des renards

9f568153

Depuis quelques temps, en réalité depuis 4 ans maintenant, nous sommes envahis par les renards. Il y a eu une période où il y en avait 2 fois plus qu’en ce moment. Et ils ne sont pas dans le jardin, ils sont dans la maison. A l’intérieur de la maison.

Il y a eu une accalmie de quelques mois, mais depuis le mois de février ils sont de retour. On en trouve partout. Dans toutes les pièces de la maison, même s’ils ont une vraie préférence pour les salles de bain et pour la table de la salle à manger. Ils s’installent sur la table de la salle à manger. Tranquilles. A peine cachés.

Parfois, on en voit jusqu’à une dizaine par semaine, parfois plus encore. Souvent ils se promènent en couple, ces renards. Ils sont plutôt blancs quand on les croise le matin, plutôt tendance jaunes quand on les trouve le soir.

J’en ai parlé à plusieurs personnes autour de moi. Certains m’ont parlé aussi d’invasion de renards chez eux. Pour d’autres ils m’ont plutôt parlé des écureuils. On voit davantage traîner les écureuils et les renards dans les familles de garçons que dans les familles de filles. Ici comme il y a les 2 … Difficile d’incriminer l’un plus que l’autre. Garçons et fille les ont faits entrer dans la maison. Mais on n’a jamais eu d’écureuils. Juste des renards.

16_svkag

Je pense que dans les 6 à 8 ans à venir, il sera difficile de s’en débarrasser. Et puis ils partiront comme ils sont arrivés. Pour s’en aller dans des familles avec des enfants d’âge ado. Des enfants qui portent des appareils dentaires. Avec des élastiques. Qui sont de deux tailles différentes.

20140426_183051-1

Les écureuils sont les tout petits élastiques, les renards sont un peu plus grands.

_American_Ormco_High_Quality_Elastics_Fox_3_5OZ.jpg_200x200

Le cadeau du jour

Cela faisait longtemps que je n’avais pas alimenté cette catégorie… Et  cette semaine, je pourrais vous en faire tous les jours, parce qu’on s’en prend plein la vue, et que Maël a un talent incroyable pour trouver l’angle de vue qui rendra la vue unique et mémorable.

Voilà donc le cadeau du jour, avec en lien le compte Instagram de Maël

Photo by Maël Barth

Photo by Maël Barth

photo 2

Photo by Maël Barth

Nouvelle coupe

Discussion entre 2 ados:

- « Franchement ta nouvelle coupe, ça fait un peu balai de chiottes (*) »

images-4

- « Et toi, t’as déjà vu un balai de chiottes avec des yeux bleus? »

(*) Pardon pour la terminologie un peu cash, mais en fait, c’est bien d’utiliser les termes justes pour qualifier certains objets. Quand les enfants sont petits, on fait un effort, on module, on reformule, on fait des métaphores mais au bout d’un moment, un chat est un chat. L’important étant de savoir adapter son vocabulaire à son public.