La chute d’os

468716351

Cette semaine, Coline a la chance de faire un stage dans la maternité où elle est née. Un stage d’observation qu’elle n’a pas pu faire quand elle était en 3ème et qu’il était obligatoire, parce qu’il fallait avoir 15 ans révolus pour faire un stage en milieu hospitalier. Donc elle a patiemment attendu, insisté et elle a la chance de faire un stage avec Lo. Lo, elle était là pour BB5, et puis elle a mis au monde Elise et Jonas. Entre 2 nous avons passé beaucoup de temps ensemble pour Petite Emilie.

Des chemins qui se croisent, des histoires qui se percutent, beaucoup de chemin parcouru, et une très belle amitié (merci Lo)

Et puis, de nombreuses discussions à la maison autour de la grossesse, de l’accouchement, de la naissance. Parce que raconter leur naissance aux enfants, je ne me lasse jamais de le faire, et eux ne se lassent pas de l’entendre, et de poser des questions.

Hier soir, Elise nous a dit qu’elle n’était pas sûre de vouloir accoucher, parce que quand même ça avait l’air de faire vraiment mal et surtout quand on perd les eaux.

- Et toi, Mam’s tu n’as pas eu mal quand tu as perdu les eaux?

- Mais Elise, ça ne fait pas mal du tout de perdre les eaux…

- Oui mais quand même quand ça repousse après…

- Pardon?

Ben oui, les côtes, quand tu les perds quand tu accouches, après ça repousse

Voilà comment j’ai découvert que dans la tête d’Elise, « perdre les eaux » signifiait « perdre les os ». Jamais elle n’avait compris, et jamais je ne lui avais expliqué qu’il s’agissait de liquide. D’où son stress d’avoir peur et d’avoir mal. Pensant que la femme qui accouchait perdait ses côtes et qu’elles repoussaient après.

Finalement, c’est comme manger un oeuf, et manger un neuf.

Ou manger un chinois. Sans le faire vraiment.

Pas sûre que nos propos soient toujours explicites dans l’esprit de nos enfants. Et surtout dans l’esprit des plus jeunes qui assistent aux conversations avec leurs aînés, sans toujours poser les questions de compréhension qui vont avec.

Quelles autres confusions sont possibles dans nos échanges de tous les jours?

Tant que le coeur y est… (recette comprise)

Screenshot_2014-02-14-10-05-12

Ok, c’est plutôt gonflé de ma part de faire un billet Saint-Valentin cette année. Encore que. Pourquoi?. J’ai toujours pensé que si la Saint-Valentin dédouanait les couples de se dire des gentillesses tous les autres jours de l’année, il valait mieux zapper. Pour autant, chacun fait bien comme il veut, et il n’y a pas de mal à se faire plaisir, hein?

Coline est à fond. Depuis mercredi. Elle a fait un gâteau incroyable. Donc je vous mets la recette ce matin, parce qu’il est encore temps. Par contre, je ne peux pas vous mettre toutes les photos, puisque certaines me seront envoyées dans la journée. Je viendrai les mettre en edit. Mais dans certains cas, il faut avoir confiance, parier sur le résultat, et se dire que tant que le coeur y est…

La base, c’est un gâteau au yaourt, le plus facile, le plus rapide, le moins ratable des gâteaux de la terre.

Dans un saladier: 1 yaourt, 3 pots de sucre, 3 pots de farine, 1 pot d’huile, 3 oeufs, 1 sachet de levure, 1 jus de citron. On fouette bien tout ensemble et c’est bon. (ça, sincèrement, c’est une recette à avoir toujours sur le frigidaire pour les enfants qui veulent faire une surprise en préparant un gâteau, ça évite qu’ils aient trop d’imagination, et c’est toujours réussi).

Pour la Saint-Valentin, on répartit le mélange dans 2 saladiers. Dans l’un on met du colorant rose, et il faut en mettre pas mal, parce que ça perd un peu de couleur à la cuisson. Cuisson du gâteau rose dans un moule à cake beurré et fariné, 30 minutes maximum. Et on laisse refroidir pour qu’il durcisse un peu.

Et c’est là qu’intervient THE emporte-pièce, le nerf de la guerre, the Heart of the story.

coeur

Avec l’emporte pièce, Il faut taillet le gateau une forme de coeur. Donc il faut réussir à traverser tout le cake dans le sens de la longueur, sans tout casser. Par expérience c’est impossible sans dégâts. Donc, on a fait le choix de le faire dans l’autre sens. Et on se retrouve avec des morceaux de cake rose en forme de coeur. Les chutes, c’est pour le goûter.

gateau

On rebeurre et refarine le moule à cake et on y dépose les morceaux de cake-coeur-rose au milieu, en les coinçant dans la longueur.

gateau4

Et puis, on verse l’autre saladier de pâte à gâteau au yaourt dessus (sans colorant, celui-là) et on met à cuire. Une 30taine de minutes. Un petit glaçage bien rose, avec des petits coeurs, et tout est parfait…

gateau3

Ce n’est qu’à la découpe que l’on découvrira le résultat… Comme pour le Rainbow Cake.

Si vous le testez, vous m’envoyez vos photos de l’intérieur?

Ce soir c’est gommage!

Huile_d'argan_004

Héhé on finit par devenir addict, non?

Moi j’aime bien ce petit rendez-vous du dimanche soir, ce petit moment où Coline entre dans la cuisine pour choper un petit ramequin, et avec tout le pep’s qui la caractérise m’annonce la recette du jour.

Aujourd’hui c’est gommage!

La recette est simplissime: Cassonnade, huile d’argan (ça marche aussi à l’huile d’olive) et miel. Pour les quantités, c’est à la one again (ça se dit, je ne sais pas si ça s’écrit cette expression, pardon les Djeun’s). Comme m’a dit Coline, ça dépend de la taille de ton corps.

Et sous la douche, on applique et on frotte, surtout sur les coudes, les chevilles, on peut y aller à la Fleur de douche ou au gant de crin. 

Et ça marche, peau très douce assurée, odeur agréable, qui rappelle les souvenirs du Maroc.

A dimanche prochain?

Ce soir, on fixe son rouge à lèvres

Le titre, c’est façon de parler, parce que ce n’est pas une bonne idée de faire ça le soir avant d’aller se coucher…

461989979

Petit tuto beauté du dimanche soir, pour savoir comment fixer son rouge à lèvres, histoire qu’il tienne un peu plus longtemps que les 10 minutes pour aller à la gare, ou tous les baisers posés sur les joues des enfants devant l’école « hannn j’ai la marque??? »

1ère étape: On exfolie  et on hydrate avec un baume classique.

Ensuite si on a du talent et un peu de temps, ou l’habitude (je n’ai aucun des 3 donc je ne le fais pas), on se fait un petit contour des lèvres avec un crayon de la même couleur que son rouge à lèvres. Entre vous et moi, je ne sais même pas à quoi ressemble un crayon à lèvres…

Etape suivante: on applique son rouge à lèvres (ça, c’est facile)

Après, on met un doigt dans sa bouche (l’index please) et on le ressort. Cela permet de retirer le surplus de toute à lèvres qui s’est mis à l’intérieur des lèvres.

Il faut ensuite pincer un mouchoir en papier avec ses lèvres. C’est plutôt sympa à faire, ça dépose l’empreinte de sa bouche, ça fait un peu star de cinéma.

Et surtout, on met au pinceau de la poudre sur ses lèvres (genre de la poudre pour le visage, pas trop foncée).

Le plus dur est fait, ça a pris 3 minutes.

Il faut ensuite renouveler les étapes: 

- mettre du rouge à lèvres, pincer un mouchoir, mettre de la poudre.

Plusieurs fois si l’on veut. Quand on se trouve belle ou qu’il est vraiment l’heure de partir, on s’arrête. Si on s’arrête après la couche de rouge à lèvres, ça donnera un résultat brillant. Si on finit en pinçant le mouchoir, le résultat sera mat. Et on ne s’arrête pas après l’étape poudre.

A dimanche prochain?