La mayo à la mano

312-mayonnaise-allegeejpg-2

Ce soir, quand j’ai vu qu’à un petit sondage sur la mayonnaise maison je me suis dit que je poserais ma recette sur le blog. Parce que la mayonnaise industrielle, c’est franchement à vomir. Sauf dans les sandwiches, sur une des faces. Et encore…

La mayonnaise ça se rattrape au plongeur à soupe. Si elle ne prend pas, il suffit de sortir le plongeur et de donner un coup dedans et elle se rattrape. Alors pas d’enjeu.

Les ingrédients: 1 jaune d’oeuf (le blanc sert pour des meringues, j’ai d’ailleurs appris que les blancs d’oeufs se congèlent très bien). De la moutarde. De l’huile. Du vinaigre, du sel et du poivre. Et puis des herbes si on veut. 

Dans un bol, on met le jaune d’oeuf, et une vraie cuillerée à café de moutarde. Et on mélange les 2. Ensuite on met une cuillerée à café d’huile, et on mélange. Puis une autre. Et on mélange. Moi je la fais à la petite cuiller, mais on peut la faire au fouet, avec plein d’énergie. Et puis après, on fait couler l’huile en filet très fin, sans jamais arrêter de mélanger, jusqu’à avoir la quantité de mayonnaise voulue. A la fin, et à la fin seulement, on ajoute du vinaigre, du sel et du poivre. Il faut goûter pour savoir si ça suffit.

D’ailleurs, maintenant que j’y pense, on peut aussi battre le blanc d’oeuf en neige et l’incorporer à la fin, ça permet de faire une mayonnaise beaucoup plus allégée.

Une lectrice a parlé de la cuillère magique pour les mayonnaises, je peux en savoir plus?

Tant que le coeur y est… (recette comprise)

Screenshot_2014-02-14-10-05-12

Ok, c’est plutôt gonflé de ma part de faire un billet Saint-Valentin cette année. Encore que. Pourquoi?. J’ai toujours pensé que si la Saint-Valentin dédouanait les couples de se dire des gentillesses tous les autres jours de l’année, il valait mieux zapper. Pour autant, chacun fait bien comme il veut, et il n’y a pas de mal à se faire plaisir, hein?

Coline est à fond. Depuis mercredi. Elle a fait un gâteau incroyable. Donc je vous mets la recette ce matin, parce qu’il est encore temps. Par contre, je ne peux pas vous mettre toutes les photos, puisque certaines me seront envoyées dans la journée. Je viendrai les mettre en edit. Mais dans certains cas, il faut avoir confiance, parier sur le résultat, et se dire que tant que le coeur y est…

La base, c’est un gâteau au yaourt, le plus facile, le plus rapide, le moins ratable des gâteaux de la terre.

Dans un saladier: 1 yaourt, 3 pots de sucre, 3 pots de farine, 1 pot d’huile, 3 oeufs, 1 sachet de levure, 1 jus de citron. On fouette bien tout ensemble et c’est bon. (ça, sincèrement, c’est une recette à avoir toujours sur le frigidaire pour les enfants qui veulent faire une surprise en préparant un gâteau, ça évite qu’ils aient trop d’imagination, et c’est toujours réussi).

Pour la Saint-Valentin, on répartit le mélange dans 2 saladiers. Dans l’un on met du colorant rose, et il faut en mettre pas mal, parce que ça perd un peu de couleur à la cuisson. Cuisson du gâteau rose dans un moule à cake beurré et fariné, 30 minutes maximum. Et on laisse refroidir pour qu’il durcisse un peu.

Et c’est là qu’intervient THE emporte-pièce, le nerf de la guerre, the Heart of the story.

coeur

Avec l’emporte pièce, Il faut taillet le gateau une forme de coeur. Donc il faut réussir à traverser tout le cake dans le sens de la longueur, sans tout casser. Par expérience c’est impossible sans dégâts. Donc, on a fait le choix de le faire dans l’autre sens. Et on se retrouve avec des morceaux de cake rose en forme de coeur. Les chutes, c’est pour le goûter.

gateau

On rebeurre et refarine le moule à cake et on y dépose les morceaux de cake-coeur-rose au milieu, en les coinçant dans la longueur.

gateau4

Et puis, on verse l’autre saladier de pâte à gâteau au yaourt dessus (sans colorant, celui-là) et on met à cuire. Une 30taine de minutes. Un petit glaçage bien rose, avec des petits coeurs, et tout est parfait…

gateau3

Ce n’est qu’à la découpe que l’on découvrira le résultat… Comme pour le Rainbow Cake.

Si vous le testez, vous m’envoyez vos photos de l’intérieur?

Un tuto de tatin en 3 photos

Alors, j’ai fait une vraie découverte. Pour moi, une tarte tatin c’était une vraie tarte bien compliquée, avec plein d’ingrédients, longue à cuisiner. Plus compliquée qu’une tarte aux pommes. Beaucoup plus compliquée qu’une quiche.

Et puis j’ai décidé d’en faire une. Et c’est le dessert le plus simple de la terre à faire. Et après une soupe de légumes qui a eu du mal à passer, ça réconcilie. 

En 3 photos vous aurez tout compris.

Ingrédients de base: 75g de beurre, 100g de sucre (cassonade), 1 boîte de poires au sirop sans le sirop, ou des pommes coupées ou du chèvre et du miel ça marche aussi m’a dit ma soeur chérie qui en a servi une en entrée, une tuerie. 

Photo N°1

- Faire un caramel (avec le beurre et le sucre) directement dans le moule à manquer, posé sur le gaz à feu pas trop fort

IMG_20140122_191117

Photo N°2

- poser les fruits en morceaux dedans et laisser réduire un peu (là, ce sont des bocaux de poires de Grand-Père, faits avec amour, et sans sucres ajoutés)

IMG_20140122_191250

Photo N°3

- Etaler une pâte feuilletée dessus

IMG_20140122_191629

Après il suffit d’enfourner 30′, ça se démoule super facilement, ça se sert tiède. Avec une boule de glace vanille, c’est un mélange gagnant-gagnant. 

 

Gaufres liégeoises

2, 4, 6, 8, 10….. 20 gaufres liégeoises

2, 4, 6, 8, 10….. 20 gaufres liégeoises

Ces gaufres, c’est une tuerie de douceur, de calories, de croustillant, de couleur, d’odeur, de bonheur.

C’est Sabine qui me les a fait découvrir il y a au moins…. longtemps. D’ailleurs, si elle est d’accord, je vous mettrais bien la recette de ses gougères au Maroilles parce que même si je ne les ai jamais goûtées, je les mangerais les yeux fermés (sauf au petit-déj).

Ce matin j’en ai refait une fournée. Je les ai vite prises en photo parce que même enfermées dans une boîte métallique, leur durée de vie sera limitée.

C’est la recette des gaufres liégeoises de 750g

Il y a même une vidéo. Je mets une note de 10/5 même si ça n’existe pas.

Bon dimanche!

The killing Charlotte (In French la Charlotte qui tue)

IMG_20131117_130255

Je ne voudrais pas faire de concurrence à Spipile, qui a un blog de cuisine avec des recettes toujours délicieuses et super accessibles. Parce que quand on fait la cuisine pour une famille nombreuse, tous les jours depuis un paquet d’année, il faut du simple et nourrissant, mais bon quand même. Et puis des recettes qui sont rapides à réaliser mais qui provoquent un ouaouhhh général.

Ce soir, c’était Charlotte poire-chocolat, et comme je l’ai maintenant testée et presque digérée, voici la recette, qui est un mix de 2 recettes Marmiton.

Donc la base c’est une mousse au chocolat, avec 200g de chocolat pâtissier avec le papier marron c’est meilleur. On fait fondre le chocolat, on ajoute 6 jaunes d’oeufs qu’on mélange au fur et à mesure. On bat les blancs en neige ferme avec une pincée de sel et on amalgame le tout en douceur. Durée de l’opération: 15′ et ensuite 3 heures au frais.

J’en profite pour dire qu’une mousse comme ça dans des ramequins individuels avec une petite gaufrette le soir, ça le fait bien après une soupe!

Donc, 3 heures après… On sort le moule à Charlotte (non, on ne dit pas le moule de Charlotte). On sort une trentaine de boudoirs (je veux bien savoir pourquoi on les appelle biscuits à la cuillère aussi si quelqu’un a l’info) et une boîte de poires au sirop. Chez nous, c’était un bocal de poires au sirop du Loiret non traitées. Bon, poires non traitées mais bocal un peu maltraité. Il a fallu la pince croco pour enlever le joint orange (si quelqu’un a la technique pour ouvrir le bocal sans pince croco… parce que le panpan-cucul sur le fond du bocal, c’est juste du pipeau).

Revenons à la Charlotte.

IMG_20131117_193613

Tremper les boudoirs dans le jus des poires et en recouvrir tout l’intérieur du moule. Mettre une couche de mousse, une couche de poires, une couche de mousse, une couche de poires, une couche de mousse. Couvrir avec du film alimentaire, et poser une petite assiette dessus.

Remettre au frais 2 heures. Pour le timing, il vaut mieux faire ça un dimanche. La mousse avant le déjeuner, la charlotte au goûter, et on la mange le soir.

Le meilleur moment c’est le démoulage!

Le Cheese-Cake de Danielle

Pardon, mais ces jours-ci je passe plus de temps dehors que dedans (ça c’est par rapport à la maison), et plus dedans que dehors (ça c’est par rapport à la piscine). Aujourd’hui c’est pluie, et pendant que mes courgettes grossissent et que mes mûres mûrissent, je passe faire un petit tour ici. Je vous avais proposé de venir faire un tour ici, et Danielle en a profité pour partager une recette incroyable. Je l’ai testée samedi, et dimanche. Oui, 2 fois, parce qu’on l’a trouvé délicieux.

Les proportions sont parfaites, et c’est vraiment un succès.

IMG_0454

Pour un cercle de 17cm de diamètre (5-6 personnes)
Pour la famille des 8alamaison, prendre un cercle de 26cm et multiplier les doses par 1,5 (comme je n’avais pas de cercle je l’ai fait dans un moule à gâteau, ça présentait moins bien qu’un joli cercle).
 
- Scrabouiller ensemble 100g de spéculos et 100g de palets bretons
- Mélanger avec 75g de beurre fondu
- Tasser dans le fond du cercle
- Mettre au frigo
- Faire tremper dans une assiette d’eau froide 4 feuilles de gélatine
- Faire bouillir le jus de 3 citrons + 1 zeste
- Ajouter les feuilles de gélatine, mélanger jusqu’à ce qu’elles disparaissent
- Mélanger 500g de faisselle, 30g de cassonade, 200g de lait concentré sucré et 20cl de crème fraîche
- Ajouter le mélange jus de citron et feuilles de gélatine
- Verser sur le socle spéculos-palets bretons-beurre
- Remettre au frigo au moins 12 heures
- idées déco : déposer un peu de zeste de citron vert sur le dessus, entourer le gâteau d’un ruban large
PS: N’hésitez pas à m’envoyer vos billets, articles, recettes pour que je les mette en ligne 

Aujourd’hui, interview exclusive d’une personnalité très en vue chez nous!

112708730- Bonjour, et bienvenue sur ce blog, vous allez bien?

- Oui oui ça va, je suis vraiment heureuse d’avoir trouvé le temps de me poser ici. Enfin bon, je sens un peu le lardon…

- Ah bon, et pourquoi donc?

- Ben cette semaine, je me suis donnée à fond, ça doit être un peu comme une odeur de transpiration.

- Je ne vous comprends pas bien…

- Je vous explique: En juin (et parfois ça commence dès le mois de mai d’ailleurs), je suis partout. On me fabrique à la chaîne, on me diffuse en série, et on m’emmène partout. Cette semaine, j’ai fait la fête du club de natation synchro, la fête du judo, et samedi je vais en double à la kermesse de l’école.

- Et vous avez imaginé changer de parfum?

- Puisque vous m’en parlez, j’ai bien tenté le parfum oignon émincé, mais on m’a fait comprendre que si c’était seulement pour laisser des odeurs dans la cuisine, les lardons iraient bien. On m’a aussi collé une odeur de chèvre, mais j’ai bien compris que ce n’était pas simple. Il parait que demain, on pourrait tenter le saumon. J’dis ça, j’dis rien, mais l’odeur saumon, ça fait quiche de luxe.

- Et Madame Laquiche, c’est quand la fin de saison?

- En réalité, il faut que je me concerte avec Monsieur GâteauÔchocolat pour savoir qui se mettra en vacances le premier. Parce que lui doit aussi se pointer pour les anniversaires de l’année qu’on n’a pas fêtés et qu’il faut rattraper en juin. Je pense qu’on devrait le voir parader 2 ou 3 fois la semaine prochaine. Lui c’est simple, il est mangé par ses cuisiniers dès que la fête commence. Au moins, ils sont sûrs qu’il est bon. Parce qu’un Monsieur GâteauÔchocolat mal beurré, desséché ou trop cramé, c’est inacceptable. D’ailleurs, il a droit à beaucoup de respect, il est même réclamé chaque année. 

Pour répondre à votre question, la fin de saison, c’est début juillet. Lorsque les vacances commencent. On m’oublie jusqu’à la rentrée, comme si j’étais pestiférée à cause de mon omniprésence de juin. C’est pas ma faute, hein? 6 enfants et toutes leurs activités de fin d’année, ça m’oblige à être partout, même si je partage la vedette avec Monsieur GâteauÔchocolat.

- Merci pour votre visite sur ce blog, et bonne fin d’année!