11 mars: ne garder que le meilleur

braceletid

Cela fait 12 ans aujourd’hui.

Il reste des souvenirs qui s’estompent d’année en année. Je me souviens qu’au début, j’avais peur que les souvenirs disparaissent, j’avais peur d’oublier.

Je n’idéalise pas. Je ne me demande pas chaque jour ce qu’il serait, ce qu’il ferait, ce qu’il aimerait, ce qu’il dirait. Son histoire s’est arrêtée le 11 mars 2004. 

Je ne pense plus à la douleur, au manque, à la tristesse, aux larmes, au vide. Le temps a passé, je me suis relevée, j’ai accordé le temps et l’énergie nécessaires pour trouver la place que je pouvais accorder à BB5.

Je me demande parfois si un deuil est un jour terminé. Je n’ai pas la réponse. Un deuil, c’est une période triste, et je ne suis pas triste. Je suis même heureuse, bien ancrée dans mon présent, bien vivante.

Et chaque année, j’aime regarder en arrière autour du 11 mars pour voir ce chemin parcouru qui aide tant à aller de l’avant. Pour n’y chercher que le meilleur.

Le meilleur? Qu’est-ce que ça peut être le meilleur quand on a perdu un enfant?

Le meilleur c’est ce sms que j’ai reçu de Lo hier soir. Lo que j’ai rencontrée pour la première fois ce 10 mars 2004 au soir. 

Screenshot_2016-03-10-22-42-52

Une amitié solide, tendre, sincère, durable, de celles que l’on compte sur les doigts d’une main dans une vie, née la veille d’un jour si douloureux, de ceux que l’on compte sur les doigts d’une main dans une vie.

Je n’oublie pas. Je ne garde que le meilleur.

 

 

2 réflexions au sujet de « 11 mars: ne garder que le meilleur »

  1. <3 Je crois que le secret du bonheur réside là, choisir de ne garder que le meilleur.
    Une pensée pour votre BB5 et tous les autres dans le même cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Robot or what? *